top of page

La méthode de la répétition espacée pour apprendre ses cours


La répétition espacée (ou spacing effect) est une méthode essentielle pour mieux mémoriser ses cours de droit. Car sans elle, tout étudiant aura tendance à oublier les informations apprises seulement quelques jours plus tard, si elles ne sont pas répétées dans le temps. La méthode du spacing effect est LA solution pour mieux retenir ses 3 000 pages. 🤯

Methode spacing effet cours droit etudiant
 

Sommaire


😀 La mise en place de la répétition espacée

 
fiche revision droit flashcards

Et non, l’être humain et encore moins l’étudiant en droit n’a pas encore inventé la clé USB spéciale que l’on brancherait sur son cerveau pour transférer et retenir des milliers de jurisprudences.


Ainsi, on tente d’”apprendre” un peu par cœur (il faut dire ce qui est) le cours, le plan, les notions, les dates, etc. Et puis parfois (souvent ?), on se rend compte que ce qu’on avait appris un jour a disparu. Comme ce revirement de jurisprudence du 18 janvier 2001 opéré par la Cour de cassation (quoi ? vous ne l’avez plus en tête ?!).


Mais quel est le vrai moyen pour ne plus oublier une information entendue en amphi ou en TD ? Quelle technique utiliser pour réviser et mémoriser avec efficacité ?


Dans cet article, on vous explique comment votre cerveau fonctionne grâce aux études scientifiques sur le sujet et on vous donne tous les conseils pour apprendre et retenir vos cours de droit, grâce au spacing effect. Une bonne fois pour toute !


Définition de la répétition espacée


La répétition espacée est une méthode d'apprentissage (elle fait partie d'un ensemble de méthodes d'apprentissage qu'il faut connaître) reconnue consistant à répéter le rappel de mémoire d'une information que l'on a apprise. Pour que la technique fonctionne, il est essentiel que les périodes de répétition soient de plus en plus espacées dans le temps. Là est la clé de succès de cette méthode qui permet de conserver en mémoire des connaissances sur le long terme ! Cette technique de mémorisation, importée dans le monde du droit par Pamplemousse, est aujourd'hui utilisée des milliers d'étudiants. Les flashcards de révisions s'utilisent d'ailleurs avec cette méthode (on en parle plus bas).


Les problèmes de l'étudiant en droit pour apprendre ses cours


Les 1 500 pages de prises de notes d'un charabia insoupçonné (ou de Fiches de droit Pamplemousse, si vous voulez la jouer stratégique) ainsi qu'un manque d'anticipation et de travail régulier tout au long du semestre entraînent souvent des situations cauchemardesques à l'approche des examens.


Le bachotage


Résultat : beaucoup d'étudiants font ce qu'on appelle du "bachotage" en période de révisions. Il s'agit d'une méthode de dernière minute consistant à tout apprendre très rapidement pour être capable de tout ressortir le jour des examens.

Le problème, c'est que ces informations disparaitront de vos méninges aussitôt les partiels terminés. Car c'est la répétition dans le temps qui fait que les connaissances s'intègrent durablement dans votre mémoire.


Ainsi, si vous étiez en L1 et vous arrivez en L2, il est fort probable qu'une partie de vos efforts soit partie en fumée pendant l'été. Évidemment, un rappel de la notion plusieurs mois après son acquisition vous permettra de vous souvenir un peu plus facilement que la première fois. Cependant, votre cerveau accédera à la connaissance beaucoup moins rapidement que si elle avait été enregistrée sur le long-terme.

Imaginez le déficit au bout de 3 ou 5 ans de droit.


La courbe de l'oubli

La courbe de l'oubli est une preuve scientifique que les connaissances peuvent disparaitre facilement si l'on n'applique pas la répétition à ses connaissances.


C'est l’étude du psychologue allemand Hermann Ebbinghaus (1850-1909), qui a théorisé cette courbe de l'oubli :

  • À l’issue de 20 minutes de cours = oubli d’environ 42% des informations ;

  • 24h plus tard = oubli d’environ 66% des informations ;

  • Au bout d’une semaine = oubli d’environ 75% des informations.

Et par informations, vous entendez les définitions de notions juridiques, l'enchainement des idées, les dates, les décisions de justice, etc.


Courbe de l’oubli d’Hermann Ebbinghaus (rétention x temps) :

Courbe oubli Hermann Ebbinghaus

Notre ami Ebbinghaus était en effet fasciné par la manière dont nous oublions rapidement les informations nouvellement apprises. Il a ainsi développé cette fameuse notion de la courbe de l'oubli, qui représente la diminution rapide de la rétention de connaissances au fil du temps.

Mais plutôt que de s'arrêter à ce constat, Ebbinghaus s'est engagé dans une série d'expériences novatrices pour trouver une solution à ce problème. Il a alors réalisé des expérimentations rigoureuses en utilisant des listes de logatomes ou de paralogues, des syllabes sans signification particulière. Il a observé que l'apprentissage massif, c'est-à-dire la répétition intensive d'une liste en une seule session, n'était pas aussi efficace qu'il l'espérait. C'est alors qu'il a eu une idée révolutionnaire : espacer les répétitions.


Cette méthode se fonde sur des répétitions espacées dans le temps (on en parle dans le mode d'emploi des Flashcards). Plutôt que de répéter une liste plusieurs fois d'affilée, il a choisi d'espacer les répétitions sur plusieurs jours. Il a ainsi constaté que l'apprentissage distribué était plus efficace et moins énergivore que l'apprentissage massif.


Chaque répétition apportait une rémanence de mémorisation plus importante que la précédente, ce qui permettait d'augmenter progressivement l'intervalle entre chaque nouvelle répétition sans perdre en efficacité. Il avait trouvé un filon !

Et cette méthode permet non seulement de renforcer la rétention des informations sur le long terme, mais aussi d'optimiser l'effort d'apprentissage en réduisant le nombre total de répétitions nécessaires. Génial, non ?

De plus, en espaçant les répétitions, les circuits neuronaux impliqués dans la mémorisation restent actifs plus longtemps, favorisant ainsi une consolidation plus solide des connaissances.


La répétition constitue donc la clé d'un apprentissage durable, global et intégré. Une fois appris, il est donc fondamentalement nécessaire de revoir ses cours régulièrement pour mieux les retenir.


La répétition espacée appliquée aux études de droit


La répétition espacée est donc une technique permettant de décupler l'efficacité de ses révisions en revoyant ses connaissances dans des périodes de plus en plus... espacées ! Et ça fonctionne tellement bien que vous pourrez vous souvenir sur le long-terme.


Repetitio est mater studiorum : la répétition est la mère des études. Rappelez-vous quand vous répétiez des dizaines de fois les poésies du CP pour pouvoir les apprendre par cœur.

L'objectif est donc de faire passer les informations apprises de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme.


Il faut donc réactiver le savoir afin que les informations apprises ne tombent pas dans l’oubli et ne pas se contenter d’une seule grosse et unique session d’apprentissage. Car pour continuer à s'adapter au monde environnant, le cerveau a besoin de faire un choix entre des informations utiles et des informations moins utiles.

Et manque de pot, votre cerveau d'Homo sapiens décidera plus volontiers d'oublier la date et la portée juridique de l'arrêt Nicolo apprise il y a 2 semaines plutôt que le fait qu'il y a un chien méchant qui a failli vous attaquer il y a 2 ans à tel endroit. Bizarre, non ? 😅

 

❤️ Recommandé pour vous :

 

La mise en place de la répétition espacée dans les études droit :


Pour apprendre tout au long du semestre et être efficace pendant ses révisions en vue des examens, cette méthode peut être utilisée de la sorte :


  • 😀 Reprendre ses notes d'amphi ou de TD le plus rapidement possible après le cours et les compléter si besoin avec des ouvrages de droit.

  • Lire et commencer à apprendre la partie du cours désirée en se la réappropriant si besoin (réaliser des fiches, des cartes mentales, des flashcards, etc.)

  • L’apprentissage du plan de cours est particulièrement recommandé car il permet de ranger précisément les connaissances dans le cerveau et de pouvoir aller les rechercher plus facilement.

  • Prévoir un premier rappel de cette partie de cours dans les jours qui suivent et tenter de s’y tenir.

  • Le jour du rappel : sans relire le cours, prendre une feuille blanche et tenter de réécrire tout ce que l’on a retenu de la partie apprise. Possibilité également de réciter ce que l’on a retenu à l’oral pour gagner du temps.

  • Relire très attentivement la partie du cours en insistant sur les points oubliés.

  • Recommencer l’opération aussi souvent que possible.

  • Évidemment, il vous faudra connaître votre profil d'apprentissage pour mettre en application votre spacing effet.


L'efficacité de la méthode


  • 😌 Progressivement, la restitution sur feuille blanche ou à l’oral sera de plus en plus complète.

  • En fonction du nombre de répétitions, il est possible de retenir plus de 90% de ce qui est appris. Dates et apports des jurisprudences administratives comprises. Garanti sans pépins.


Les pièges à éviter dans l'application de la méthode du spacing effect :


  • ☠️ Vouloir être trop perfectionniste et chercher à retenir tous les détails dès la première session de révisions. Vous allez perdre du temps et vous ne parviendrez plus à jongler entre cours, TD et révisions espacées !

  • Ne pas faire suffisamment de rappels.


Alizée Schneider

 
Guides fiches revisions flashcards livres reussite

🧰 Parce que votre réussite nous tient à cœur, augmentez vos chances de valider votre année en découvrant toutes les ressources de la BOITE À OUTILS (Flashcards Pamplemousse, Fiches de révisions, Livres de réussite).

💖 Recevez aussi des good vibes, des conseils confidentiels et réductions exclusives en recevant

 

Comments


bottom of page