top of page

[Interview] Juriste : « Perçus comme les emmerdeurs de service »


Clémence est juriste d’entreprise en Droit du numérique et données personnelles chez France Télévisions. Missions, formation, évolutions, anecdotes et clichés, conseils, avantages et inconvénients, elle nous explique le métier de juriste d’entreprise sans détours mais surtout, les raisons pour lesquelles elle aime tant son métier. 🤓

juriste entreprise interview mission formations metier
 

SOMMAIRE :

5 - 🤷‍♂️ Quelles qualités ?

 

Parcours pour devenir juriste d’entreprise

🛣

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et expliquer votre parcours universitaire ?


Je suis Clémence, je suis actuellement juriste en droit du Numérique et des Données Personnelles chez France Télévisions depuis 2 ans et demi.

- Licence de droit privé à Paris Sud,

- Master 1 en droit de l’innovation de la communication et de la culture à Paris Sud

- Master 2 en droit du commerce électronique et de l'économie numérique à Paris 1.


Pourquoi avoir choisi de devenir juriste d’entreprise ?

🧐

Au début de mes études, je souhaitais être journaliste. Pour cela, j’avais prévu de faire une licence de droit avant d’entrer en école de journalisme.

Mais en L3, on m’a présenté le Master en droit de l’innovation de la communication et de la culture. Ce master m'a attiré et le raisonnement juridique qu'il faut avoir en tant que juriste m’a beaucoup plu, le fait de creuser, de chercher sans cesse dans les textes. Et si un jour, je décide de faire du journalisme, je pourrai toujours rebondir.


J’ai quand même tenté l’examen du barreau 1 fois, car j’ai eu l’idée d'être avocate, mais pendant mon Master 2, le stage a été un déclic. Mon 1er stage a été dans l’entreprise Bisnode qui est une entreprise spécialisée dans le traitement des données pour les annonceurs data brokers. J’ai particulièrement apprécié l’environnement en entreprise donc j’ai décidé de continuer dans ce secteur.

 

💖 Le saviez-vous ?

Les Data Brokers sont des entreprises qui font le métier de courtier ayant pour but de collecter des données sur le comportement et les habitudes de consommation des utilisateurs, pour ensuite, les revendre.

 

Quels diplômes pour devenir juriste d’entreprise ?

🏆

Au niveau des études, il faut au minimum un diplôme de niveau bac+5 dans le domaine du droit. Le parcours type est l’obtention d’une licence de droit puis d'un master de droit à l’université.


Après un master 2, vous pourrez poursuivre en passant un diplôme de juriste-conseil d’entreprise (DJCE).


Vous pouvez également décider de devenir avocat en passant par une école de droit dans le but d'obtenir le CAPA.


Les profils avec doubles formations sont de plus en plus courants : 37% des juristes déclarent posséder un diplôme dans des domaines tels que l’économie, la gestion, l’histoire, la sociologie, etc.


Résumé et compléments de la Team Pamplemousse :


De nombreuses facultés de droit et écoles de commerce offrent des programmes spécialisés en droit des affaires qui peuvent préparer les étudiants à ce métier. Les étudiants peuvent également choisir de poursuivre des études de droit plus générales et de se spécialiser en droit des affaires par la suite.


Si vous êtes intéressé par cette profession de juriste d'entreprise, vous pouvez par exemple choisir de suivre un Master en droit des affaires ou un Master en gestion des entreprises. Ces programmes offrent une formation théorique et pratique en droit des affaires et en gestion d'entreprise, avec des enseignements en droit commercial, droit des sociétés, droit des contrats, droit fiscal, droit de la concurrence, etc.

 

💖 Le saviez-vous ?

De plus en plus de formations proposent un cursus alliant le droit et le management/gestion des entreprises :


→ Soyez curieux, car ce serait dommage de ne pas saisir une opportunité de poursuites d’études qui changera votre future vie professionnelle !

 

Juriste d’entreprise, c’est quoi ?

👩🏼‍🎓

Quelles sont les missions principales du juriste en entreprise ?


Les missions principales de tous les juristes d’entreprise vont être :


  • Du conseil juridique : à partir du moment où une équipe veut faire un projet, il faut qu’il soit conforme au niveau juridique et, dans ma spécialisation, conforme du point de vue de la réglementation sur la protection des données.

  • De la gestion contractuelle : négocier et analyser les contrats avec différents acteurs.

Chez France Télévisions, on traite des contrats avec des sociétés de production , des partenariats stratégiques comme ceux négociés dans le cadre de la distribution de nos offres numériques sur les stores d’applications mobiles.

  • Aider les différents services : faire des pré-contentieux, aider à régler des litiges avec des entreprises ou avec des particuliers.

  • De la veille juridique : essentiel de suivre les évolutions et la construction des jurisprudences et pour ma part la doctrine de la Cnil (La Commission nationale de l'informatique et des libertés).


Lors de nouveaux projets, on doit vérifier que tout soit conforme sur le site internet et sur les applications mobiles.


Dans ma spécialité (le numérique et les données personnelles), il faut avoir une maîtrise du droit mais aussi de la technique utilisée dans ce domaine. Cela implique de :


  • Aider tous les services de l'entreprise : identifier les traitements de données mis en œuvre dans l’entreprise, comprendre comment cela fonctionne techniquement pour évaluer s’ils sont conformes à la réglementation sur la protection des données.

  • Respecter le droit prévu par le RGPD : c’est le règlement européen qui est entré en application en 2018 qui existe depuis 2016. Il a pour but de renforcer les droits des citoyens européens sur leurs données personnelles.


Par exemple, la demande d’un email sur un site internet amené à collecter des données des utilisateurs. Le RGPD propose alors des règles pour faire cela légalement. Donc mon rôle est d’informer les équipes de ces règles et de vérifier qu’elles soient respectées dans chaque projet.

  • Discuter en interne : répondre aux questions juridiques des personnes de l’entreprise dans le temps imparti.

  • Défendre l'intérêt de l’entreprise : Réflexion perpétuelle, dans le cas du service dans lequel je travaille ça va être de défendre France Télévisions auprès d'autorités comme la Cnil. Il y a aussi une réflexion sur les évolutions européennes des textes et voir si juridiquement, c’est possible de faire certaines choses, certains projets que France Télévisions souhaite débuter.

logo france television interview juriste entreprise

Résumé et compléments de la Team Pamplemousse :


La mission de juriste d'entreprise en France est de veiller à la conformité juridique des activités de l'entreprise et de conseiller les dirigeants (leurs employeurs) sur les questions juridiques qui peuvent affecter le fonctionnement et la croissance de leur entreprise.


Ex.: le salarié M. Michu qui menace un autre, l'application d'une nouvelle loi comme le RGPD, un client qui attaque l'entreprise, le licenciement de Mme Michelle...


Les juristes d'entreprise sont des salariés internes et professionnels du droit qui ont des compétences solides en droit des affaires et en gestion d'entreprise. Ils sont chargés de protéger les intérêts de l'entreprise en veillant à ce qu'elle respecte toutes les lois et réglementations en vigueur.


Les juristes d'entreprise sont des professionnels polyvalents qui interviennent dans de nombreux domaines de l'entreprise. Ils peuvent par exemple être chargés de rédiger et de négocier des contrats commerciaux, de conseiller les dirigeants sur les meilleures décisions à prendre en matière de droit, de veiller à la protection des droits de propriété intellectuelle de l'entreprise, etc.


Pour mener à bien leur mission, les juristes d'entreprise doivent avoir une connaissance approfondie du droit des affaires et des différents aspects du droit commercial, des contrats, du droit des sociétés, du droit de la concurrence, etc. Ils doivent également avoir de solides compétences en gestion d'entreprise et être capables de comprendre les enjeux économiques et financiers de l'entreprise.

 

Quelles qualités pour devenir juriste d’entreprise ?


La Team Pamplemousse vous répond :


Pour devenir juriste d'entreprise en France, il est nécessaire d'avoir certaines qualités personnelles qui sont essentielles pour réussir dans ce métier :

  1. De solides connaissances dans cerains domaines du droit : droit des affaires, droit commercial, des contrats, du droit des sociétés, du droit de la concurrence, etc.

  2. De solides compétences en gestion d'entreprise ;

  3. Une capacité à comprendre les enjeux économiques et financiers de l'entreprise.

  4. L'écoute, l'analyse, la rigueur et la capacité à travailler en équipe.

  5. La capacité à communiquer clairement et de manière concise avec les différents interlocuteurs de l'entreprise, que ce soit les dirigeants, les collaborateurs ou les clients.

  6. La capacité à gérer son stress et à travailler sous pression dans des délais parfois courts.


Quels débouchés pour les juristes d’entreprise ?

🧐

Quand on est juriste, peut-on évoluer dans n’importe quelle entreprise ?


Certains juristes sont plutôt généralistes et peuvent travailler dans n’importe quelle entreprise, mais personnellement, je suis spécialisée en droit du numérique et protection des données donc je peux surtout postuler à des postes qui exigent de maîtriser cette spécialité.


Mais j’ai la possibilité de travailler dans plusieurs secteurs d’entreprise, mais il faut forcément être renseigné et un peu se spécialiser en fonction du domaine. Par exemple, dans le domaine de la santé, il faut maîtriser les données de la santé, mais tout dépend de la spécialité.


Ma spécialité est quelque chose de très recherché, car toutes les entreprises mettent en œuvre des traitements de données personnelles.


Passer le CRFPA quand on est juriste d’entreprise

🎓

Avoir réussi l’examen du barreau est-il un plus pour être juriste d’entreprise ?


L’examen du barreau ça aide pour intégrer les gros groupes, cela permet une négociation de salaire pour avoir un salaire plus important.

Mais ce n’est pas le cas chez France Télévisions.

Le CRFPA est un plus mais pas nécessaire. Les entreprises, plutôt américaines, cherchent l'équivalent de juriste mais souhaitent en réalité un avocat. Donc le CRFPA peut être utile.

 

❤️ Recommandé pour vous :

 

Tips : Les entreprises internationales demandent d’avoir le LL.M. car elles cherchent des profils internationaux. Un LLM Droit et Management International apporte à des juristes de haut niveau une maîtrise parfaite des enjeux de l’entreprise. C’est donc un atout clé sur un marché de plus en plus compétitif. C’est une formation intense et reconnue à l'international qui permet de rejoindre les entreprises et cabinets les plus prestigieux en tant qu’avocat ou juriste.


Quel est le salaire d’un juriste d’entreprise ?

💰

On dit souvent que ce sont des métiers qui permettent d’avoir un bon salaire, alors est-ce que vous vous en mettez plein les poches ? (débutant, senior, directeur juridique)


Au niveau des salaires du juriste d'entreprise, il y a plusieurs choses à prendre en compte :

  • La spécialité et le secteur, par exemple les spécialités droit des affaires et fiscal sont très bien payées ;

  • L'obtention du CAPA (l’examen venant sanctionner la formation en école d’avocat après avoir réussi le CRFPA) ou non. Si vous l’avez, vous aurez un salaire plus élevé.

Un juriste débutant peut être entre 25 000 à 35 000€ brut par an

Un juriste confirmé entre 5 et 10 ans d'expérience : 40 000 à 60 000€ brut par an


Pour ma spécialisation dans le numérique, c'est une spécialisation qui paye plutôt bien.


Résumé et compléments de la Team Pamplemousse :


Comme beaucoup de professions, le salaire d'un juriste d'entreprise dépend de plusieurs facteurs, tels que son niveau d'expérience, sa formation, la taille de l'entreprise dans laquelle il travaille, etc.


En général, le salaire d'un juriste d'entreprise débute entre 30 000 et 40 000 euros bruts par an et peut atteindre jusqu'à 120 000 euros par an pour un juriste d'entreprise très expérimenté dans une grande société (CAC 40 par exemple).

 

❤️ Recommandé pour vous :


💖 Le saviez-vous ?

Les salaires de juristes sont en croissance avec une augmentation médiane comprise en 2% et 3% en 2018-2019 d’après l’enquête de l’AFJE :

  • 50 731€/an pour les juristes

  • 70 377€/an pour les responsables juridiques

  • 129 321€/an pour les directeurs juridiques

 

Évolutions du métier de juriste d’entreprise


En général, l’évolution est de devenir responsable juridique puis directeur juridique.

On peut aussi être contract manager qui est un rôle assez clé dans les négociations contractuelles de l’entreprise.


En tant que juriste en droit du numérique et des données personnelles, les évolutions sont similaires. On peut aussi devenir délégué à la protection des données. C’est un poste recherché car beaucoup d’entreprises privées et d’organismes publics ont l’obligation de nommer un délégué à la protection des données. C’est à la fois être juriste et technicien, il est en charge de toutes les actions entourant la protection des données personnelles. C’est un métier recherché, dans les entreprises publiques et les entreprises dont le traitement des données est assez spécifique (données de santé, données biométriques, opinions politiques). Ces entreprises doivent donc nommer un délégué dans la protection des données.


Résumé et compléments de la Team Pamplemousse :


Voici quelques exemples d'évolutions possibles pour les juristes d'entreprise :


  • Responsable juridique d'une entreprise : les juristes d'entreprise peuvent évoluer vers des postes de responsables juridiques, où ils ont la responsabilité de gérer l'ensemble des aspects juridiques de l'entreprise. Ils sont en charge de conseiller les dirigeants de l'entreprise sur les questions juridiques, de veiller au respect de la réglementation en vigueur, de négocier et de rédiger les contrats et les accords, etc.

  • Avocat : les juristes d'entreprise peuvent également choisir de poursuivre leur formation pour devenir avocat. Ils peuvent alors exercer leur profession auprès de particuliers, d'entreprises ou d'organismes publics, et sont chargés de défendre les intérêts de leurs clients devant les tribunaux.

  • Magistrat : ils peuvent également devenir magistrat. Ils peuvent alors exercer leur profession auprès des tribunaux de droit commun, des tribunaux correctionnels, des tribunaux administratifs, etc. et sont chargés d'appliquer la loi et de rendre justice aux citoyens.

  • Enseignant : les juristes d'entreprise peuvent aussi enseigner le droit. Ils peuvent alors enseigner dans des écoles de commerce, des universités, etc.

  • Consultant : les juristes d'entreprise peuvent également choisir de se spécialiser dans un domaine du droit et de devenir consultant. Ils peuvent alors conseiller les entreprises sur des questions juridiques spécifiques, tels que le droit des affaires, le droit social, le droit de la concurrence, etc.

 

💖 Le saviez-vous ?

Les juristes d’entreprises sont plutôt heureux dans leur travail ! En 2020, l’AFJE a publié une enquête où « 90% des directeurs juridiques manifestent un vif intérêt pour leur poste et 95 % valorisent leur autonomie et les responsabilités qui leur sont confiées.»

 

Est-il facile de trouver un emploi en tant que juriste ?

👩🏻‍💻

Le marché de l'emploi n'est pas simple depuis quelques années. C’est malheureux, mais c’est réel, les entreprises cherchent des personnes qui ont de l'expérience.

Avec le barreau, ça peut être plus simple pour trouver son premier travail, mais beaucoup d’offres sont des stages, car sinon les entreprises demandent 2 ou 3 ans d'expérience.

C’est dur, mais il ne faut pas lâcher ! Il faut se donner toutes les chances pour avoir de l'expérience.
 

💖 Le saviez-vous ?

De plus, c’est une branche qui se féminise de plus en plus, les femmes représentent 68% des juristes d’entreprise en 2019, contre 56% en 2009. Dans la tranche de moins de 30 ans, elles sont même plus de 81%.

 

❤️ Recommandé pour vous : Top 10 des meilleurs avocats du XXème siècle

 

Il y a des domaines de spécialité plus ou moins bouchés ?

⚖️

Je trouve que les domaines d’avenir c’est tout ce qui touche aux nouvelles technologies et aux données personnelles, surtout que de plus en plus d'entreprises ont des sites internet et traitent les données personnelles des utilisateurs.

Avoir des notions dans ce domaine devient même indispensable, car les entreprises sont très demandeuses. Le droit des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) est une spécialité en plein développement.

C’est pour cela que la Cnil propose des MOOC sur l'initiation au RGPD pour que certains juristes se forment.


D’après moi, en ayant eu pas mal de discussions avec des amis juristes :

  • Les secteurs plutôt bouchés

Les postes dans le droit des propriétés intellectuelles sont assez rares. Les spécialités plus bouchées, je dirais le droit pénal et l’immobilier.

  • Les secteurs très porteurs

Je dirais le droit des affaires.


Il se dit même, qu’un jour les avocats pourront être remplacés par des machines. Personnellement, je n’y crois pas trop, surtout que dans ma spécialité on réfléchit au droit pour les robots, pour l’intelligence artificielle, l’innovation, etc.

 

💖 Le saviez-vous ?

97 % des entreprises de 5 000 salariés et plus affirment avoir au moins un juriste dans leurs effectifs, la moyenne étant de 38 par entreprise.

 

Comment êtes-vous perçue en tant que juriste par les autres branches professionnelles de l’entreprise ?

👁

C’est vrai que l’on est perçus comme les “emmerdeurs de service”, car ce sont souvent les problèmes au niveau juridique qui vont ralentir un projet ou empêcher un business.

Mais c’est la clé de ce métier, il faut être dans la capacité de se concentrer sur le respect de la loi, des textes, parce que c’est aussi l’image de l'entreprise que l’on représente. Il faut aussi savoir être pragmatique pour trouver des compromis et bien accompagner les équipes et ne pas empêcher le business.


Mais malgré tout, les autres équipes savent que l’on est indispensable, car certains projets donnent lieu à des réflexions juridiques. Dans la gestion des données, le RGPD est un texte assez nouveau et plusieurs interprétations sont possibles donc on essaye au maximum de donner des réponses conformes aux équipes.

Quels sont vos conseils pour devenir juriste ?


Pour devenir juriste, il faut avoir une forme de rigueur dans le raisonnement.


Mon meilleur conseil serait que les étudiants se mettent à lire les doctrines données en cours par les professeurs. Parce que sur le coup, on se dit ça ne me servira jamais, je n’ai pas besoin de le lire, mais c’est très enrichissant, ça permet d’avoir une vision avec plus de hauteur sur le sujet. C’est une réflexion au-delà de ce qu’on envisageait et c’est très utile une fois dans la profession.


Pour être juriste d’entreprise et l’exercer correctement, il faut être à la recherche de pragmatisme et être à la fois à l'écoute et pédagogue.

C’est très important de devenir un business partner pour les équipes.

Car notre rôle est de défendre l’entreprise, mais aussi d’aider à développer les projets.


Il faut se montrer ouvert et à l'écoute pour vulgariser les textes, donc on essaye au maximum de donner des réponses claires et complètes aux équipes. Il faut aussi être ouvert d’esprit, les interlocuteurs en face de nous ont tous des métiers très différents. Donc il faut à la fois découvrir leur métier et leur problématique et être dans un dialogue.


La journée type d’un juriste d’entreprise

📅

Pouvez-vous nous donner un exemple d’une journée type ?


J’ai de la chance, car je n’ai pas de journée type, sauf quand il y a un gros contrat où dans ce cas-là, pendant 2 ou 3 jours, j’ai la tête dans le contrat et je suis sur une seule mission.

Mais sinon les journées sont rythmées par des projets qui sont toujours différents et des urgences !


Il y a toujours une urgence, comme un problème juridique à 3 jours de la sortie d’un projet. Donc des fois j’ai 4 ou 5 sujets à traiter en même temps.

Mais en règle générale il y a souvent un contrat à lire ou une question spécifique qu'il faut analyser par rapport à un projet.


Je dirais que la chose la plus récurrente, ce sont les réunions !

Il y a énormément de réunions, hier j’ai eu par exemple 5h de réunion, donc c’est vrai que ça ralentit le travail. Mais sur certains projets complexes, il me faut 1h/1h30 pour être concentrée sur une problématique sans que personne ne me dérange.

Juriste d’entreprise, est-ce un 35h avec des horaires fixes ?


Alors, non ce n’est pas un 35h à part sur mon premier post. Actuellement, j’ai le statut de cadre en forfait jour, donc je gère de manière autonome mon temps de travail.



Au niveau de l’amplitude, je suis plus sur du 10-11h de travail par jour quand il y a des choses urgentes à gérer. Mais c’est flexible, cela dépend des projets et des urgences.


Votre bureau ressemble à quoi en ce moment ?

Actuellement, je travaille avec l'équipe communication pour répondre aux personnes sur les réseaux sociaux suite à la diffusion d’une émission sur l’exploitation des données.

Je travaille aussi sur le lancement d’un projet qui va sortir prochainement, donc je réfléchis en amont sur quelles mentions seront indiquées ainsi que les contrats avec les partenaires.

Je traite aussi des sujets en cours en interne. Et je travaille aussi sur des contrats qui se négocient, mais qui sont confidentiels pour le moment.


Les avantages et les inconvénients du métier de juriste d’entreprise :

👨🏼‍🎓

3 avantages d’être juriste ?


  • Être au cœur de l’entreprise et découvrir l’accompagnement de projet, découvrir des métiers totalement différents. Dans les projets, chacun apporte sa pierre à l’édifice.

  • Apprendre beaucoup des autres professions avec lesquelles je travaille. La différence avec les avocats, c’est qu’en tant que juriste, nous devons être des interlocuteurs en direct avec les opérationnels. Les opérationnels m’apprennent des choses techniques comme par exemple sur la sécurité sur des sites. Donc, chaque jour, j'apprends des choses autres que du droit.

  • Voir la consécration d’un projet que j’ai accompagné. Il n’y a rien de plus satisfaisant d'observer qu’à partir d’une idée d’une personne, un projet sort 6 mois après. C’est gratifiant d’avoir aidé à amener ce projet pour le concrétiser. Donc je ressens que mon métier est utile, qu’il y a un sens à ce que je fais. Pour être plus large, je contribue à la création de quelque chose pour les utilisateurs et plus globalement pour les Français qui regardent France Télévisions.

Résumé et compléments de la Team Pamplemousse :


Il y a plusieurs avantages à être juriste d'entreprise en France :

  • Évoluer dans différents secteurs d'activité, tels que le commerce, l'industrie, les services, etc.

  • Travailler pour des entreprises de toutes tailles, des petites entreprises aux grandes multinationales.

  • Possibilité de travailler à différents postes, tels que juriste en droit des sociétés, juriste en droit du travail, juriste en droit de la concurrence, etc.

  • Travailler en collaboration avec d'autres professionnels, tels que des avocats, des comptables, des experts-comptables, etc.

  • Travailler en France ou à l'international.

  • Possibilité de participer à la prise de décision stratégique de l'entreprise et d'influencer les décisions juridiques prises par l'entreprise.

  • Possibilité de bénéficier d'un salaire attractif et d'une évolution de carrière rapide.


3 inconvénients d’être juriste ?

  • Pour ma spécialisation : Ce n’est pas un métier très créatif vu que le principe en droit est de tourner une problématique dans tous les sens pour trouver une solution. Mais ça peut être quand même créatif sur la manière d’aborder les choses dans le raisonnement que l’on tient. En entreprise, on peut malgré tout s’ouvrir sur d’autres métiers et donner des idées lors de réunions aux équipes. J’ai par exemple travaillé avec l’équipe CRM où j’ai apporté mon œil juridique et proposé des wordings pour ne pas tomber dans de la prospection. Donc c’était une mission un peu moins juridique et un peu plus marketing


  • On nous perçoit comme ceux qui mettent des bâtons dans les roues : Je me suis habituée et je l’assume mais par principe on perçoit le juriste comme la personne qui fait ralentir le projet. J’assume ce rôle, mais personnellement, j'essaye de contrebalancer ça en étant en communication permanente avec les équipes et d’être pragmatique.


  • Du mal à se faire comprendre, l’incompréhension des autres collaborateurs, ils ne comprennent pas forcément le jargon juridique donc il faut faire preuve de patience dans l'explication. Il faut aussi essayer de sensibiliser la personne en face pour que la personne soit réactive. Mais personnellement, je n'ai jamais eu de grosses difficultés à ce niveau-là.

Quels sont les clichés ou raccourcis sur le métier ?


Comme j’ai pu le dire précédemment, le cliché de la personne méchante qui trouvera toujours quelque chose qui ne va pas.


Certains interlocuteurs opérationnels, ne comprennent pas pourquoi nous prenons autant de temps. Par exemple, ils peuvent nous demander de préparer un contrat mais sans nous donner les informations nécessaires pour le rédiger, ou nous interroger sur un cas très spécifique sans s’imaginer que la règle de droit est générale et ne prévoit pas spécifiquement leur cas, ce qui implique forcément un travail de recherche préalable avant de pouvoir leur apporter une réponse.


Résumé et compléments de la Team Pamplemousse :


Il existe plusieurs clichés, mythes ou raccourcis sur les juristes d'entreprise en France. Voici quelques exemples :

  • "ls sont "casse-pieds" : c'est un mythe couramment répandu selon lequel les juristes d'entreprise sont des personnes ennuyeuses, qui sont toujours à chercher des problèmes et à contredire les autres. En réalité, les juristes d'entreprise sont des professionnels compétents et polyvalents, qui ont pour mission de conseiller les dirigeants de l'entreprise et de protéger ses intérêts.

  • Les juristes d'entreprise ne sont pas créatifs : c'est un autre mythe couramment répandu selon lequel les juristes d'entreprise ne sont pas capables de penser de manière originale et créative. En réalité, les juristes d'entreprise doivent être capables de trouver des solutions juridiques adaptées aux besoins de l'entreprise, ce qui nécessite une grande capacité d'analyse et de créativité.

  • Ils ne sont pas de "vrais" avocats : c'est un raccourci souvent employé pour distinguer les avocats des juristes d'entreprise. En réalité, les juristes d'entreprise sont des professionnels du droit qui ont suivi une formation spécifique et qui ont des compétences et des missions différentes des avocats.

  • Les juristes d'entreprise ne sont pas bien payés


Le petit + à avoir pour faire ce métier :


Quels sont les soft skills requis pour le métier de juriste d'entreprise ?


Je dirais qu’il faut faire preuve de pragmatisme, de pédagogie, être à l’écoute et patient. Et bien entendu, être sympa.


Conseils et anecdotes pour nos étudiants :

🤭

Que pouvez-vous dire aux étudiants qui souhaitent faire cette profession ?


C'est un beau métier s'ils veulent contribuer à l’entreprise ! C’est un métier passionnant, diversifié par les différents projets et par les différents interlocuteurs que l’on rencontre.


Avez-vous une anecdote en tant que juriste ?


Lors d’une réunion, il fallait arbitrer différents points. Une des personnes qui fait partie des responsables qui dit : sur quoi vous vous fondez pour dire cela, d’un air assez impatient, en faisant un rejet de l'explication qui avait lieu depuis une demi-heure, alors que ça faisait des jours qu’on cherchait dans les lois, articles, jurisprudence. C’est la base du droit de donner des informations avec des sources. La personne s’est rendu compte, heureusement, que c'était un bon raisonnement que l’on avait fait.

 

❤️ Recommandé pour vous :


 

Ariane Lesclauze