Comment réussir un cas pratique ?

Mis à jour : août 26

PAMPLEMOUSSE N°2 > CONSEILS > ARTICLE 7

Besoin de conseils et astuces pour réussir le cas pratique de droit ? C'est ici. Imagine, tu es aux partiels et tu as choisi le cas pratique. Sans revenir sur la méthodologie, face à ta feuille, tu peux éviter certains écueils.

D’apparence simple, l’art du cas pratique est très difficile. Subtil, il faut en dire suffisamment, sans en dire pas assez, ni en dire trop. Voici 9 conseils pour réussir ton cas pratique… la 5 te surprendra ! 👁

Conseil 1 : Bien lire l’énoncé du cas pratique pour éviter les pièges


Un cas pratique c’est une légende, un moment de vie, l’éternelle histoire de M. ou Mme X, pour les moins inspirés, de Manuel Dedroit, pour d’autres ou tout un univers étendu à l’image du MCU, pour les plus imaginatifs (clin d’œil pour mes anciens étudiants). Dans tous les cas, tu devras bien lire ce qui est écrit, ne pas te laisser entrainer dans une histoire invraisemblable mais te concentrer sur l’essentiel. Je te conseille de lire une fois sans tes stabilos et après de tout colorer en mode marche des fiertés. N’hésite pas à dessiner la situation pour que celle-ci te paraisse plus claire !


Conseil 2 : Bien utiliser ton brouillon


Le brouillon est là pour te faire gagner du temps. Il faut noter toutes les étapes de ton raisonnement pour ne rien oublier pour ton cas pratique. Attention de ne pas « tartiner » non plus, il faut que tu fasses une trame, tu notes uniquement les étapes clefs et après tu rédiges.


Conseil 3 : Présentation succincte des faits du cas pratique


En parlant de rédaction… Ne perds pas trop de temps dans la présentation des faits. Déjà, il n’y a pas beaucoup de points à gratter et c’est l’étape qui montre si tu as tout compris… ou non. Tu dois aller à l’essentiel, ne pas perdre de temps dans les détails. Tu n’apporteras que les éléments qui te serviront pour résoudre le cas et tu ne débutes pas par « en l’espèce », si tu veux gagner des points, ça sera pour ton syllogisme.

Le saviez-vous ?

  • La relecture de votre copie peut permettre de supprimer jusqu’à 75% des fautes et maladresses réalisées lors de la rédaction


Conseil 4 : Tu dois suivre une structure précise dans ton cas pratique


Après avoir présenté les faits, le cas pratique c’est carré et ta démonstration doit suivre une structure précise :


  1. Rappel de la règle applicable

  2. Jurisprudence(s) pertinente(s)

  3. Application aux faits

  4. Conclusions


Il existe des exceptions dans certaines matières, mais l’idée de base demeure la même.


__

Lire aussi "Comment réussir sa rentrée en première année de droit"

__


Conseil 5 : Prends du plaisir quand tu réalises un cas pratique


Tu touches la réalité et l’imaginaire ! Alors amuse toi, t’es LE Caméléon. Dans un cas, tu es étudiant brillant en droit, avocat, magistrat, huissier, notaire… ou une personne random.

Alors t’es surpris ?



Conseil 6 : Une structure hermétique


Qu’est-ce qu’il me raconte là ?

Je t’explique, tu dois mettre un cordon sanitaire entre les étapes de ta démonstration. Pas de faits dans le droit et pas de règle nouvelle dans les faits. On ne mélange pas les torchons avec les serviettes. Tu comprends mieux ? Quand je corrige un cas pratique, j’ai horreur de voir une « petite jurisprudence des familles » après le point de non-retour du « en l’espèce ». Pire encore, où l’étudiant me parle des faits dans sa partie « droit ». C’est sans objet ici. Tu com-par-ti-mentes.


__

Lire aussi "Dissertation juridique : 10 conseils d'un chargé de TD"

__


Conseil 7 : Inutile de recopier ton Code lors d'un cas pratique


C’est aussi une erreur courante, le syndrome de l’étudiant pas inspiré. Dis-toi que recopier un article ou une jurisprudence comme tel ou pire, les faits, n’est pas une bonne idée. C’est d’abord sans intérêt pour ton correcteur qui connaît toutes les dispositions du Code et jurisprudence par cœur (car il l’a avec lui) mais ça montre que tu n’as pas tout compris. Tu dois t’approprier le droit et expliquer ton raisonnement au correcteur, avec tes mots


Conseil 8 : Évite la confusion des genres


C’est également une erreur fréquente, un aspect du cas a été vu en TD et à ce moment tu sens une inspiration « divine » qui te fait tartiner une question à 2 points. D’abord, les 2 points tu ne les auras pas, car tu viens de faire une erreur « fatale » : tu viens de disserter ou tu as fait un commentaire d’arrêt. Même si tu sais beaucoup de choses, c’est comme avec ton crush, tu ne dois pas en faire des tonnes.


__

Découvrez "12 conseils d'un cargé de TD pour gratter des points lors d'un commentaire d'arrêt"

__


Conseil 9 : Attention à la position dans laquelle tu es


Il existe trois grands types de positions dans un cas pratique. Tu peux être le demandeur, le défendeur ou un étudiant brillant en droit (neutre). Selon ta position, ton argumentation changera légèrement.

Tu devras mettre en avant les arguments en ta faveur et d’une manière moindre ceux en ta défaveur (sans les délaisser). Si tu es dans la position de l’étudiant brillant en droit, tu dois tout présenter de manière neutre, sauf si c’est un membre de ta famille qui te consulte… t’as compris l’idée ?










Nicolas Ribes





CRFPA : LES CONSEILS D'UN PROF DE DROIT POUR RÉUSSIR LA NOTE DE SYNTHÈSE


LE MINDMAPPING : LA NOUVELLE TENDANCE QUI VA RÉVOLUTIONNER VOS ÉTUDES DE DROIT




Nos derniers posts

NOUS SUIVRE

  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube