Témoignage : “Je suis tombée enceinte en première année de droit”

Mis à jour : il y a 3 jours

PAMPLEMOUSSE N°2 > LIFESTYLE > ARTICLE 16

La Team Pamplemousse a interviewé Claudia, une bébé juriste tombée enceinte en début de L1 Droit. Oupsie. Claudia se livre pour parler du jugement des autres, des difficultés à vivre et cumuler son statut d’étudiant et son nouveau rôle de maman. Elle n’a eu d’autre choix que de devenir une reine de l’organisation pour réussir ses années ! 🤰

Pamplemousse : Bonjour maman Claudia, présente toi !

Claudia : Bonjour Pamplemousse magazine, je suis Claudia Christmann, étudiante en L3 de droit à l'Université de Lille section "Droit & Santé" et ma particularité est que je suis une "maman étudiante" : j'ai un petit garçon âgé de 19 mois.


Etudiante en droit et maman


Merci d’avoir accepté cet interview. Tu as pris le temps !

J'ai voulu répondre à cet interview car j'aimerais encourager toutes les mamans qui ont peur de sauter le pas à reprendre leur études. Je vous rassure avec de la volonté tout est possible !


Quand tu es tombée enceinte, la question de la poursuite des études s’est-elle posée ?

Je suis tombée enceinte en première année de droit au mois de novembre.

Je venais de changer de filière (j'étais en licence de lettres). Le droit pour moi a été une révélation. J'étais passionnée donc je n'ai jamais opposé maternité et études. Au contraire, j'ai redoublé d'efforts pour avoir ma première année sans redoublement.


Comment s'organiser quand on est maman et étudiante en droit ?


À quoi on pense quand on tombe enceinte alors qu’on a 2000 pages de cours à apprendre, de la méthodologie juridique à avaler, quand on doit réussir son année de droit en somme ?

Aux parents ! 😂 “Qu'est-ce que ma mère va me dire quand je vais lui dire que je suis enceinte, elle qui est si fière et qui crie sur tous les toits que sa fille fait des études de droit”. Mais finalement, j'ai beaucoup été préoccupée par le regard des gens de ma promo. Après avoir assumé mon choix, on se fait du soucis pour l'année d’études en cours quand le bébé arrivera : l'organisation, les nuits, le possible redoublement. Finalement tout s'est très bien passé : avec ma mère, ma promo, et je n'ai encore jamais redoublé ! :)


__

Découvrez "10 conseils pour réussir sa L1 Droit"

__


Comment on s’organise avec un bébé à la maison et des TD à préparer ?

Quand ma faculté a appris ma situation, elle s'est adaptée à ma situation. Mes profs m'envoyaient mes cours à la maison et j'avais des devoirs à rendre au cours du semestre. Je suis allée aux partiels avec tout le monde. Donc je n'avais aucun soucis avec les TD. Et heureusement car je n'avais toujours aucune crèche de disponible pour mon fils. Au début, je bossais quand il faisait la sieste et la nuit.Je m'imposais minimum 3h de révision par jour et maximum 5h.

Mon organisation a payé. J'ai réussi et j'ai même eu une mention cette année là.

Comment gérer la fatigue quand on un a un bébé pendant ses études de droit ?


Durant les premiers mois du bébé, les nuits ont dû être courtes. Comment on gère la  fatigue ?

Effectivement 😅, je ne dormais plus beaucoup et j'ai eu quelques soucis de santé suite à mon accouchement. Mais je gardais en tête que j'avais un objectif et que je devais l'atteindre : réussir mon année de droit. Et le fait que je travaillais constamment m'a beaucoup aidé quand j'avais besoin de me reposer, j'étais en avance sur mon programme donc je pouvais me permettre de me reposer.



Quelle a été la plus grande difficulté en tant que maman étudiante ?

La plus grande difficulté est qu'en étant maman, mon temps libre était uniquement consacré à mes études de droit. Cette année, je n'ai pas regardé une seule saison de Murder 😂. J'ai abandonné ma vie sociale, les réseaux sociaux étaient limités. Je ne vivais que pour la maternité et mes études. C'était énormément de sacrifices mais ça en valait la peine.

__ Lire aussi 5 techniques anti-stress quand on est étudiant en droit

__


Qu’ont dit les gens sur ta situation ?

Cela aussi ça été une grande difficulté. Il n'y avait pas grand monde qui croyait en moi. Cette année là, je ne me suis pas sentie soutenue. J'ai eu énormément de réflexions du genre "quand on est maman, on est pas étudiante" etc... Au début, je l'ai très mal vécu, je pleurais énormément car je savais que je pouvais y arriver. Je voulais y arriver. Mais heureusement, j'avais quelques amies qui m'ont soutenue et me conseillaient de ne pas lâcher ( Coucou Iman❣️), des juristes rencontrés sur instagram (je pense à lawtist, lawandreading, Maya & Sonia), mais aussi certaines personnes de ma famille (ma mère et mes frères qui se sont tous improvisés baby-sitter).

Le saviez-vous ?


  • D’après les statistiques de l’Observatoire de la vie étudiante, 100 000 étudiants, étaient déjà parent durant le début de leurs études (2010)

  • 13% des étudiants français ont aujourd’hui plus de 27 ans

Je suis mariée à un interne en médecine mais à cette époque il était encore externe. Il a passé l'ECN l'année de l'arrivée du bébé, donc on se soutenait mutuellement. Mais aussi mes professeurs ont été un grand soutien. Je pense à un prof en particulier qui m'a dit que tout était possible et que le métier d'avocate pénaliste ou procureur était encore dans mes cordes.

Il ne faut pas écouter les gens négatifs, si vous êtes motivé, rien ni personne ne peut vous arrêter.

Tu es donc la reine de l’organisation. Quels sont tes meilleurs conseils pour les étudiants en droit ?

Mes meilleurs conseils sont : la constance. Travailler régulièrement, c'est la clé.

La persévérance, ne pas abandonner suite à un échec. L'échec fait partie de nos études. Et si on se relève, il est possible qu'on soit encore meilleure qu'avant l'échec. Le but est de ne jamais perdre de vue son objectif.


Lire aussi un article sur le mindmapping pour révolutionner vos études de droit.


On doit être fier de réussir à cumuler ces deux vies ?

Fière de moi ? Oui, je suis fière. Je suis fière que mon fils ait l'exemple d'une maman qui croit en ses rêves mais surtout qui travaille pour. C'est aussi une certaine revanche sur les personnes qui ne croyaient pas en moi et aujourd'hui pourraient s'inspirer de mon parcours 😛.


As-tu des anecdotes pour nous ?

J'en ai deux qui me reviennent en tête :


  • La première, j'étais enceinte de 7 mois et en partiel, il faisait très chaud. J'ai mon prof de droit administratif qui a ouvert toutes les fenêtres de la salle d'examen. Il vient et me propose une bouteille d'eau. Il s'inquiétait réellement pour moi. Je l'ai trouvé très prévenant et il m'a mis 15 à cet examen.

  • La deuxième : quand mon fils ne voulait pas dormir et que j'étais obligée de le bercer pour s'endormir. Je récitais les arrêts de jurisprudences : "CE 1950 DEHAENE : DROIT DE LA GREVE"... ou le plan de mon cours de droit des obligations. Finalement, je suis sûre que mon fils fera des études de droit, il a tellement entendu parler de droit depuis qu'il est né. Ca sera une évidence pour lui 😅.


Pamplemousse : Merci Claudia Merci Pamplemousse





TÉMOIGNAGE : "L'ASSISTANT DE JUSTICE FAIT LE MÊME JOB QU'UN MAGISTRAT, MAIS PAYÉ AU SMIC"


VALIDER 12 MATIÈRES AUX RATTRAPAGES, C'EST POSSIBLE











Nos derniers posts

NOUS SUIVRE

  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube