[ENQUÊTE] 70% des étudiants déclarent avoir perdu l'envie d'étudier

Mis à jour : mars 22

PAMPLEMOUSSE N°6 > ACTUALITÉS > ARTICLE 1



70% des étudiants ont perdu l’envie d’étudier et 1 étudiant sur 5 affirme avoir eu des pensées suicidaires. C’est ce que révèle une nouvelle et préoccupante enquête mesurant l’impact de la crise sanitaire sur l’état de santé mentale des étudiants. Etat dépressif, peur d'échouer, peur pour la valeur de leur diplôme... Découvrez des chiffres inquiétants. 😳

crise sanitaire enquete etudiants sante mentale envie etudier

RETROUVEZ TOUS LES CHIFFRES EN INFOGRAPHIE À LA FIN DE CET ARTICLE ou sur le dossier suivant.

  • 70% des étudiants ont perdu l’envie d’étudier

  • 1 étudiant sur 5 affirme avoir eu des pensées suicidaires

  • 43% des étudiants qui avaient un job l’ont perdu à cause de la crise sanitaire

Pamplemousse Magazine s’était mobilisé une première fois, courant mars 2020 lors du premier confinement découlant du Covid-19, pour réaliser auprès des étudiants une grande enquête.


L’objectif ? Collecter des milliers de données sur l’impact de la crise sanitaire sur leur santé mentale. Résultat, des chiffres déjà inquiétants puisque 1 étudiant sur 2 affirmait avoir traversé une période dépressive.


Suite au prolongement de la crise et aux appels à l’aide d’étudiants fatigués et découragés, nous avons renouvelé l’expérience de ce grand sondage en partenariat avec Dalloz, Bordel de droit et Poney du Droit.


👨‍🎓 Plus de 3 500 étudiants y ont répondu courant février 2021. Aujourd’hui plus que jamais, Pamplemousse Magazine alerte l’ensemble des institutions compétentes afin que le bien-être psychologique des étudiants devienne une priorité.


Une nouvelle enquête sur l’impact de la crise sanitaire sur la santé mentale des étudiants en droit


🧐 Cette grande enquête avait pour objectif de comparer l’état psychologique des étudiants entre mars 2020 et février 2021.


Pour cela, nous avons recueilli l’avis d’étudiants en droit de tous niveaux (L1 jusqu’à post-Master), situés en France, sur une période d’un mois. Comment ? Grâce à notre communauté d’étudiants et celles de nos partenaires.


La situation des étudiants face à la crise sanitaire : quelles évolutions depuis mars 2020 ?


  • 😷 43% des étudiants qui avaient un job l’ont perdu à cause de la crise sanitaire

  • 💸 Plus d’1/4 des étudiants rencontre des difficultés financières en raison du Covid-19


Précarité financière, diminution des interactions sociales, renforcement du sentiment de solitude : voici ce que doivent affronter les étudiants en droit (et a fortiori l’ensemble des étudiants) et ce, d’autant plus suite à la perte d’un emploi.


Ainsi, le manque de relations sociales, causé par la fermeture des universités et la suppression de certains jobs, est la première cause de souffrance avancée par les étudiants. Près de 80% d’entre eux affirment en subir les conséquences, soit 60% de plus qu’en avril 2020.


👎 Conséquence logique de cet enfermement caractérisé par les cours à distance, l’isolement : là où seulement 4,5% des étudiants se sentaient concernés en avril 2020, ils sont maintenant presque 1 sur 2 à se sentir isolés. Ce qui pèse sur le moral.


Lire aussi : [Enquête] sur la santé mentale des étudiants (Mai 2020)


État de santé mentale : Comment les étudiants en droit vivent-ils la crise sanitaire ?


Dépression, tristesse, sentiment d'abandon… trop de difficultés auxquelles les étudiants en droit doivent faire face et ce, parfois sans aide.


1 étudiant sur 5 affirme avoir eu des pensées suicidaires causées par la crise sanitaire

En témoignent les récents évènements : qu’il s’agisse d’étudiants en droit ou en médecine, depuis la crise sanitaire les tentatives et suicides étudiants ont augmenté. Ainsi, plusieurs étudiants à Lyon ont tenté de se défenestrer depuis leur chambre étudiante. A Paris, une étudiante en médecine s’est donné la mort en janvier 2021.


Récemment, un autre étudiant de Nanterre, à l’origine du mouvement #MeTooGay, a mis fin à ses jours. Guillaume T. a été retrouvé pendu dans la chambre de son campus.


😔Fortement impactés psychologiquement par le premier confinement (94% des étudiants sondés), de nombreux étudiants se disaient déjà en mars 2020 plus anxieux que d’habitude (62%), plus tristes (58%) mais aussi plus seuls (55%).


Près d’un an plus tard, qu’en est-il ?


  • 🤧 3 étudiants sur 4 se sentent seuls, soit presque 19% de plus par rapport à la première enquête ;

  • 😭 67% d’entre eux se sentent tristes, ce qui correspond à 9% de plus qu’en avril dernier ;

  • 🥺62% déclarent avoir connu une période dépressive durant la crise sanitaire, ce qui équivaut à une augmentation de 13% par rapport à la précédente enquête ;

  • 🤯+40% (par rapport à avril 2020) : c'est l'augmentation de la part des étudiants qui déclarent que la situation sanitaire a un "fort" impact sur leur état de santé mentale.


Keline, étudiante en M1 à Nantes déclare d’ailleurs : “Il faut attendre qu’il y ait des suicides chez les étudiants pour que les gens commencent à en parler et que le gouvernement commence à nous prendre en compte. Je trouve ça grave”.


Pour Sonia, étudiante en L3 à Paris, ce n’est pas tant les études le problème mais la façon dont est gérée cette crise par les institutions, notamment l’université. Elle affirme qu'elle n’a jamais été stressée par ses études mais que depuis la crise sanitaire, elle fait des crises d’angoisses : “même pour les partiels je ne stressais pas, maintenant je fais des crises rien qu’en pensant à mes cours”.


🙄 Récit personnel mais pourtant très représentatif d’un bon nombre d’étudiants : ils sont 60% à penser que la gestion de la crise sanitaire par leur université à été mauvaise (41,9%) ou très mauvaise (18,1%).


70% des étudiants déclarent avoir perdu la motivation pour leurs études


🗞 Pire encore, 72% craignent pour la valeur de leur diplôme. Pour Bruno, étudiant en L2 à Lille, il est même difficile de se projeter : “on a l’impression de ne pas avoir d’avenir, que tout ce qu’on fait ça ne sert à rien. On n'a plus de motivation pour étudier”.


😣 Ces témoignages sont illustratifs d’une réalité inquiétante : près de 70% des étudiants déclarent avoir perdu la motivation pour leurs études tandis que 7% d’entre eux affirment avoir totalement décroché. C’est ainsi que Nicole, en M2 à Lyon, affirme “le stress combiné aux galères liées au Covid-19 c’était trop : je pleurais rien qu’en pensant à mes études”.


⛅️Malgré tous ces chiffres alarmants, deux statistiques sont encourageantes, quoi que relatives. En mars 2020, 75% des étudiants se disaient plus fatigués qu’avant le confinement et 47% affirmaient faire plus de cauchemars qu’avant. En février 2021, ils n’étaient plus que 68% à déclarer être souvent fatigués et 31% à faire plus de cauchemars que d’habitude (une baisse donc de 16%).


Comment réagir face à ces chiffres préoccupants quant à la santé mentale des étudiants en droit ?


Ces chiffres sont alarmants et ce, d’autant plus lorsqu’on sait qu’ils ne portent que sur une partie du corps étudiant. Il est donc urgent de la part des institutions de réagir, d’être plus à l’écoute et de proposer des solutions.


👩‍⚕️En février 2021, 1 étudiant sur 10 assurait avoir consulté un psychologue (ou un équivalent) pour des raisons liées à la crise sanitaire.


Ces informations doivent être prises au sérieux, tant par Madame Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de l’Innovation et de la Recherche, que par le corps universitaire.


🚨 Pamplemousse Magazine souhaite alerter les institutions compétentes de la nécessité de prendre des nouvelles mesures afin de soulager les étudiants face aux difficultés qu’ils traversent.


Quels soutiens pour les étudiants face à la crise sanitaire ?


☎️ Il existe des numéros téléphoniques que les étudiants peuvent joindre en cas de détresse. Ceux-ci proposent une écoute 7 jours sur 7, 24h/24 :


  • Cellule d’aide psychologique Covid-19 : 0 800 130 000 (Numéro vert à destination de tout public qui a besoin de soutien psychologique pendant cette période)

  • Numéros par académie :https://www.soutien-etudiant.info/services-soutien

  • SOS Amitié : 09 72 39 40 50 (Covid-19, Service de tchat maintenu. Anonyme, confidentiel, gratuit).


🏥 Il y a également d’autres structures, à savoir :


  • Les services de santé universitaire (SSU, SUMPPS ou SIUMPPS) : ils sont situés dans les établissements universitaires et proposent aux étudiants des consultations médicales et/ou psychologiques/psychiatriques gratuites.

  • Les bureaux d’aides psychologiques universitaires (BAPU) : ce sont des centres de consultations et de traitement pour les étudiants. Ils sont gratuits et strictement limités au statut d’étudiant universitaire.

  • Les centres médico-psychologiques (CMP) : ce sont des centres publics destinés à l’ensemble d’une population d’un secteur géographique. Ils offrent des consultations psychologiques et psychiatriques gratuites.

  • Les Point Accueil Ecoute Jeune ; Maison des Adolescents; Espace Santé Jeune : ce sont des centres accueillant les étudiants jusqu'à 25 ans. Ils offrent gratuitement un soutien psychologique.


🙏🏻 En parallèle à toutes ces structures, Pamplemousse Magazine a créé un Discord pour favoriser les échanges, ainsi qu’un “salon” par faculté pour permettre aux étudiants de faire connaissance entre eux et de se soutenir mutuellement.


Certains samedis après-midi, un rendez-vous vocal est organisé pour permettre aux étudiants de venir s’exprimer.

💪 Sans oublier notre blog sur lequel vous trouverez des conseils de psychologie pour vous motiver, relaxer, gérer votre stress, et entretenir votre bien-être. Notamment pour ne pas se faire distancer pendant les cours à distance.


Pour sa part, Dalloz a décidé d’offrir un accès gratuit à Dalloz coaching pour 2 mois, un guide de révisions, un accès illimité à sa base de données numériques et à Dalloz Actu Etudiants.


Dans un même élan de solidarité, différents acteurs du monde juridique ont décidé de lancer à Lyon un système de parrainage afin d’aider les étudiants en droit à surmonter cette période. L’idée : qu’un parrain ou une marraine prenne en charge un étudiant (prioritairement les Masters ou les Licences 3) afin de les soutenir moralement, humainement et professionnellement.


Tiffany, étudiante en M1 à Lyon déclare qu’elle se sent “rassurée” car “on a eu l’impression d’être oubliés par les mesures du gouvernement alors que les professionnels s’intéressent à nous”. Le projet, lancé il y a seulement quinze jours, concerne déjà 450 membres de la justice et plusieurs centaines d’étudiants.



Nos conseils aux courageux étudiants pour garder la motivation


Les difficultés psychologiques que traversent les étudiants se ressentent sur la motivation et leur volonté de continuer leur cursus universitaire. Voici des conseils pour vous permettre de renouer avec la motivation :

  • 🌞 “Un esprit sain dans un corps sain” : votre corps et votre esprit sont très liés. Si vous êtes stressé ou anxieux, cela peut affecter votre rythme cardiaque ou votre pression artérielle. Inversement, si vous êtes dans un état d’esprit positif, cela peut libérer des neurotransmetteurs chimiques qui eux-mêmes renforcent votre sentiment de bien-être.


  • 🏃‍♀️ Il est donc important de prendre soin de vous : obligez-vous à faire des repas réguliers et assez équilibrés, hydratez-vous, aérez votre esprit. Oui votre commentaire d’arrêt est à rendre pour demain, mais il faut savoir prendre du recul et regarder de haut votre devoir ! Prenez 15 minutes, faites un peu de sport, allez marcher dehors (75% d’entrepreneurs et de grands patrons ont des entraînements sportifs de haut niveau, donc l’excuse “je n’ai pas le temps” n’est plus très valable…).

Découvrez :

- des conseils exclusifs pour entretenir votre motivation dans “Comment hacker votre L2 droit ?

- 5 techniques infaillibles anti-stress pour les étudiants en droit

En d’autres termes, obligez-vous à vous entretenir : vous devez être une source d’occupation pour vous-même. Si vous ne prenez pas de temps pour vous reposer et vous changer les idées, il est fort probable que vous rentriez dans un cercle de stress sans fin.


  • 📞Demander de l’aide, ce n’est pas être faible, c’est être assez fort pour savoir reconnaître ses limites. La première étude de mars 2020 avait montré que 47% des étudiants qui avaient eu des idées noires n’en avaient pas parlé à leurs proches ou à un médecin. N’oubliez pas que seul ou en famille, entre amis ou en couple, peu importe votre situation, il y a toujours une écoute disponible. Elle peut provenir d’un proche ou d’un professionnel (voir les numéros ci-dessus).


  • 🔭 En ce qui concerne le travail, fixez-vous des objectifs atteignables : quoi de mieux qu’une petite victoire pour se (re)motiver ? Fractionnez votre journée : si vous aviez prévu de faire trois commentaires d’arrêts en 3h, oui vous allez sûrement vous décourager. En revanche, écoutez-vous et décidez de ce qui est possible : n’est-il pas satisfaisant d’arriver à la fin d’une tâche en temps voulu ?

Plus vous aurez atteint des objectifs de votre to do list, meilleure s’en portera votre motivation. Même s’il y a des jours où vous travaillez moins, il est préférable de travailler régulièrement plutôt que de se préparer une journée interminable et déprimante (qui finit souvent sur Netflix en plus…).


🍊❤️ Enfin, sachez que Pamplemousse Magazine et ses équipes croient en vous : nous traversons une période éphémère (complexe et difficile par les défis qu’elle impose) assez déroutante, mais nous n’avons aucun doute quant à votre avenir dans le monde juridique. Nous croyons en vous, et nous espérons que vous croyez en vous-même.




A propos :


Cette grande enquête a été réalisée par Pamplemousse Magazine (le 1er magazine 100% mobile des étudiants en droit et le plus distribué de France) grâce à la collaboration de trois acteurs majeurs du droit s’adressant aux étudiants et jeunes professionnels du droit :

  • Dalloz : maison d’édition juridique

  • Bordel de Droit : la plus grande communauté d’étudiants et jeunes professionnels du droit en France avec +300 000 abonnés sur les réseaux sociaux

  • Poney du Droit : première influenceuse du droit sur les réseaux sociaux

Instagram : @pamplemousse_magazine -

Facebook @magazine.pamplemousse

Twitter : @pamplemoussemag

Pour toute demande d’informations :

magazinepamplemousse (at) gmail.com



crise sanitaire nouvelle enquete etudiant sante mentale

2021 Nouvelle enquete impact crise sanitaire sante mentale etudiants

🧰 Parce que votre réussite nous tient à cœur, augmentez vos chances de valider votre année en découvrant toutes les ressources de la BOITE À OUTILS.

️💖 Recevez aussi des good vibes, des conseils confidentiels et réductions exclusives en recevant

la NEWSLETTER DU BONHEUR.


article suivant interview professeurs universite

[Interview] d’une prof à distance : “j’ai l’impression d’être Évelyne Dhéliat”

retour rubrique actualites

Nos derniers posts