top of page

[Méthodologie] 5 étapes pour réussir un commentaire de texte en droit


La méthodologie du commentaire de texte en droit est souvent négligée par les étudiants, car cet exercice juridique est perçu comme facile. Pourtant, le commentaire de texte nécessite une méthodologie rigoureuse : introduction, plan, problématique, rédaction… Voici tout ce que vous devez savoir pour réussir votre commentaire de texte. ✍

 

Sommaire :


🎁 Exemples de commentaires de texte

 
Nos outils


Objectifs du commentaire de texte en droit


🔎 Pour réussir votre commentaire de texte en droit, il est impératif que vous en compreniez les objectifs. Eh oui ! Il est inutile de se lancer dans la rédaction de cet exercice juridique si vous ne comprenez pas ce que le correcteur attend de vous.


Vous devez retenir 3 objectifs (les 3 C) : commenter, contextualiser, critiquer. Ready ? Go !


Commenter le texte au regard du cours


Le premier objectif du commentaire de texte en droit est de commenter le texte au regard de vos cours magistraux et de vos travaux dirigés (TD). Autrement dit, un commentaire de texte réussi est un commentaire qui alterne entre citations du texte et explications de cours (arguments, exemples).


Contrairement à ce que pensent les étudiants, il n’est pas possible de rédiger un bon commentaire sans maîtriser son cours (ou la méthodologie). En effet, commenter le texte ne consiste pas simplement à expliquer les phrases une par une : votre correcteur sait lire ! 🙂


Vous devez expliquer le sens de la phrase au regard de la loi, de la jurisprudence ou encore de la doctrine. Cela signifie que pour avoir la moyenne,

vous devez prouver à l’examinateur que vous avez compris les enjeux de votre texte ainsi que les débats qui l’entourent.

Souvent, le texte consiste en l’énoncé de généralités : expliquez-les et approfondissez le propos.

Par exemple, s’il est écrit : « En France, sous la Ve République, le Premier ministre est un dirigeant suprême. Le président de la République est à la tête de l’État ce que sont les conditions générales d’utilisation à un produit : inutile ! ».


Une telle affirmation doit impérativement être commentée : montrez, par vos connaissances de cours (régime de la Ve République, pouvoirs du Premier ministre, etc.), qu’il s’agit d’un texte engagé et critique à l’égard de ces fonctions. N’hésitez pas à utiliser des exemples pour soutenir votre propos.


Ici, si vous n'avez pas révisé votre cours, vous irez probablement dans le sens de l’auteur et vous pouvez être sûr de ne pas avoir la moyenne.


Témoignage : « En L1 Droit, je n’étais pas très assidu. En conséquence, au moment des partiels, je n’ai révisé que le strict minimum. En droit constitutionnel, je savais pertinemment que le sujet était un commentaire de texte, ce qui m’a encouragé à bâcler les révisions de cette matière. Le texte avait l’air simple, l’auteur donnait toutes les caractéristiques d’un régime présidentiel, je n’avais qu’à les commenter. Ce que je ne savais pas, c’est que le texte était totalement ironique : l’auteur faisait une critique du régime et il ne s’agissait absolument pas de ses réelles caractéristiques… En réalité, notre professeur voulait voir qui avait révisé et qui s’était reposé sur ses lauriers. Autant vous dire que j’ai pris un aller simple pour les rattrapages ! ».

Matéo, L2 Droit, Rennes.


Contextualiser le texte pour mieux l’analyser


Le deuxième objectif du commentaire de texte est de contextualiser le texte et de comprendre les raisons de son écriture.


Tout texte a une raison d’être (ratio legis) : a-t-il été adopté suite à un débat politique ? En raison d’une évolution juridique ? Commenter le texte, c’est aussi comprendre pourquoi son auteur a décidé de l’écrire.


Voyez le texte comme une histoire ou une anecdote : sortie de son contexte, elle peut perdre tout son sens. Par exemple, si l’on vous dit que votre voisin a tué quelqu’un, alors il est un meurtrier. En revanche, l’histoire n’a pas la même ampleur si vous savez que votre voisin a simplement marché sur le lacet d’une personne et que cette chute a (malheureusement) entraîné la mort de la personne en question (homicide involontaire).


Cela n’excuse en rien la mort de cette personne, mais il y a une différence entre tuer une personne de sang froid et un accident (si si, on vous jure !).


Pour bien contextualiser votre texte, posez-vous les bonnes questions et notez les réponses sur votre brouillon :


  • Dans quel contexte économique, historique, juridique et politique ce texte a-t-il été écrit ?

  • Qui est l’auteur du texte ?

  • Quelle est sa profession ?

  • Quels sont ses positionnements juridique et politique ?


Critiquer le texte


Le troisième objectif du commentaire de texte est de critiquer le texte. Il s’agit bien évidemment d’une critique constructive : vous ne devez pas simplement mettre tous les aspects négatifs du texte en avant.


La critique du texte permet de montrer à votre correcteur que vous avez compris les enjeux et débats qui entourent votre texte. C’est aussi le moment où vous pouvez apporter votre opinion personnelle, afin de différencier votre copie de celles des autres étudiants :


  • Êtes-vous d’accord avec les propos de l’auteur ? Si non, quels sont vos arguments ?

  • Le texte est-il, selon vous, pertinent ?

  • L’engagement de l’auteur nuit-il à son argumentation ?


La méthodologie pour réussir son commentaire de texte


✅ Pour avoir (au moins) la moyenne et réussir votre commentaire de texte, vous devez impérativement en maîtriser la méthodologie. Pour cela, 5 étapes doivent être respectées.

methodologie juridique etapes commentaire texte droit

Étape 1 : Lire et analyser le texte


La première étape pour réussir votre commentaire de texte est la lecture attentive de ce texte. Aussi simple que cela puisse paraître, beaucoup d’étudiants passent à côté de cette étape fondamentale. Ils lisent trop rapidement le texte, ce qui conduit inévitablement à un mauvais commentaire.


Pour que votre lecture soit efficace, vous devez l’adapter à la taille du texte. Une erreur que vous ne devez pas commettre est de croire que la taille du texte a un rapport avec sa difficulté. Un texte court n’est pas nécessairement synonyme de simplicité, au contraire !


Plus votre texte est court, plus vous devez redoubler de vigilance : chaque mot a son importance. Faites attention aux conjonctions de coordination, à la ponctuation, aux choix des verbes, etc. Par exemple, « et » n’a pas la même signification que « ou ».


Au contraire, si votre texte s’étend sur 2 ou 3 pages, vous devez dégager le pertinent du superflu. Il se peut que votre texte soit répétitif, vous ne devez pas l’être. Vous devez vous demander si l’auteur répète son propos par simple pédagogie ou si une information nouvelle a été introduite.


Enfin, une bonne lecture est une lecture répétée. Eh oui, une autre erreur de méthodologie que commettent les étudiants : se jeter sur le texte, stabilo à la main, pour tout surligner. Ne mettez pas la charrue avant les bœufs (une expression qu’on adore) ! Obligez-vous à faire une première lecture du texte sans stylo ni surligneur.


Celle-ci vous permettra de prendre connaissance du texte : quel est le sujet ? Qu’avez-vous compris ? Si une phrase ne vous semble pas claire, prenez le temps de la relire. Une mauvaise compréhension entraînera forcément un mauvais commentaire.


Ensuite, faites une deuxième lecture, cette fois-ci plus lente et analytique, en prenant des notes au brouillon. Dans le cadre d’un commentaire de texte, peu importe le sujet, il y a 6 éléments que vous devez toujours relever. Afin de n’en oublier aucun, retenez cet acronyme : l’ADN du SIC.


methodologie commentaire texte acronyme

  • L’auteur : connaître l’auteur d’un texte est fondamental. En effet, son parcours d’études, son parcours professionnel ainsi que ses positionnements juridique et politique peuvent vous aider à comprendre et commenter ses propos. Par exemple, si votre texte est fortement orienté politiquement, connaître la famille politique de son auteur vous permettra de savoir si le texte est objectif ou engagé.


  • La date : les dates sont extrêmement importantes, d’autant plus lorsque le texte est juridique et/ou politique. S’il s’agit d’un projet de loi, vous devez connaître le droit antérieur ainsi que les débats doctrinaux autour du projet pour produire un bon commentaire. S’il s’agit d’un texte politique, faites attention à la date : si un président de la République fait un discours dans le cadre d’une campagne électorale, vous devez analyser le texte avec du recul.


N’hésitez pas à noter les dates importantes sous forme de frise chronologique au brouillon.


  • La nature : la nature du texte est un des éléments les plus importants car elle donne beaucoup d’informations. Par exemple, un article de loi est censé être neutre, avec un vocabulaire précis et réfléchi tandis qu’un article de doctrine doit défendre un point de vue : on y retrouvera une opinion personnelle.


Étudiez toutes les caractéristiques des formes de texte qui pourraient vous être soumises afin de savoir quoi analyser le jour de l’examen. En principe, vous pourrez être amené à commenter un article de loi (ou de la Constitution), un projet de loi, un article de doctrine, un discours politique ou un extrait de manuel.


  • Le sujet : quelles sont les thématiques abordées ? Souvent, les étudiants ont tendance à vouloir placer leurs connaissances juridiques dès qu’ils le peuvent. Avant de le faire, soyez sûr que votre propos est bien en lien avec l’une des thématiques du texte. Si ce n’est pas le cas, cela ne sera pas pertinent. Par exemple, si vous devez commenter les conditions de validité du contrat, il ne sert à rien de déballer tout votre cours de droit des contrats.


  • L’intérêt : comprendre l’intérêt du texte implique de comprendre pourquoi l’auteur l’a écrit. Quel était le but ? Le texte avait-il une vocation particulière ?


  • Le contexte : un texte est nécessairement le résultat d’une évolution historique, d’un débat politique, d’un changement juridique, etc. Par exemple, s’il s’agit d’un projet de loi, demandez-vous dans quel contexte celui-ci a pris naissance. A-t-il vocation à remplacer un texte obsolète ? Résulte-t-il d’une longue discorde juridique ? Cela rejoint un peu l’intérêt. Comprenez la raison d’être de votre texte pour en faire un commentaire pertinent.


Enfin, une fois que vous aurez terminé cette lecture très analytique au brouillon, faites une troisième lecture en classant vos idées sur votre brouillon. Par exemple, si 3 arguments vont dans le même sens, surlignez-les en jaune. Choisissez une autre couleur pour une autre thématique, etc.


Cette dernière lecture doit vous donner des idées de plan et vous permettre de prendre de la hauteur pour vous concentrer sur les thématiques et les problématiques abordées.

 

❤️ Le saviez-vous ?

84% des étudiants affirment avoir eu un commentaire de texte à faire au cours de leurs études de droit (source : Poney du Droit - Instagram).

 

Étape 2 : Élaborer l’introduction du commentaire de texte au brouillon


Comme pour tous les autres exercices juridiques, l’introduction du commentaire de texte doit suivre une méthodologie bien précise pour être réussie.


Tout d’abord, vous pouvez commencer par introduire votre commentaire avec une phrase d’accroche en lien avec votre sujet. Celle-ci peut être une phrase sur un fait d’actualité ou une citation.


Attention, vous ne devez jamais introduire votre commentaire de texte par une citation issue du texte.

Cela sera très mal vu par votre correcteur car cela pourrait être perçu comme un manque de connaissances personnelles. Notez toutefois que même si cette phrase d’accroche n’est pas une étape obligatoire, elle reste un moyen de différencier votre copie de celle des autres étudiants.


Ensuite, vous devez présenter votre texte. Faites-le comme si votre correcteur n’avait jamais lu le texte : vous devez le présenter de façon claire, concise et ordonnée.


Par exemple, si c’est un discours politique, vous pouvez dire qu’il s’agit d’un discours prononcé le (mettre la date), dans le cadre d’une élection présidentielle, par un potentiel candidat (mettre son nom). Cette phrase vous permettra d’ouvrir sur l’auteur du texte, sur son parcours, ses positionnements, etc. (seulement si c’est pertinent au regard du commentaire de texte).


Une fois votre texte présenté, contextualisez-le et donnez sa ratio legis (sa raison d’être, son intérêt). À ce stade, il ne s’agit plus simplement de commenter la lettre du texte mais plutôt de comprendre son environnement (historique, juridique, politique, etc). Vous devez montrer à votre correcteur que vous avez compris le texte ainsi que les raisons de son écriture.


Pour rappel, vous êtes censé avoir déjà relevé ces éléments, vous n’aurez plus qu’à les rédiger. Si vous avez peur d’en oublier, surlignez au fur et à mesure chaque élément écrit sur votre brouillon : si à la fin de votre rédaction une partie n’est pas surlignée, vous saurez qu’elle est absente de votre copie !


Lorsque tous les éléments de l’ADN du SIC sont énoncés, il vous reste la problématique et l’annonce de plan. Parfois, la problématique se dégage naturellement du texte car l’auteur se pose une question.


Si ce n’est pas le cas, souvenez-vous de la ratio legis et des problématiques du texte : essayez de les rassembler pour formuler une question pertinente, qui ne soit ni trop large ni trop fermée.


Pour ce qui est de l’annonce de plan, elle est assez similaire à celle d’une dissertation ou d’un commentaire d’arrêt. Elle doit permettre à votre correcteur de comprendre vos parties sans même lire vos titres.


Pour résumer, votre introduction ne doit PA (phrase d’accroche) être PT (présentation du texte) car si CT (contextualisation du texte) le cas, cela ne servirait à R (ratio legis) et cela ne serait PA (problématique et annonce de plan) constructif.

 

❤️ Spécialement pour vous, des exemples de copies :

 

Étape 3 : Déterminer le plan du commentaire de texte au brouillon


Une fois que vous avez lu votre texte et rédigé votre introduction, vous devez déterminer le plan du commentaire de texte au brouillon. Comme pour la méthodologie de la dissertation ou le commentaire d’arrêt, vous ne vous lancez JAMAIS dans la rédaction du commentaire sans plan ni structure.


Dans le cadre de cet exercice juridique, deux possibilités s’offrent à vous. Soit votre plan peut être déduit de la structure du texte ; soit il peut être déduit des thématiques essentielles du texte.


Dans le premier cas, votre texte est organisé en deux parties et deux idées sont clairement développées dans chaque paragraphe. Dès lors, vous avez votre I/ et votre II/ et il ne vous reste plus qu’à trouver les deux idées principales de chacune de ces parties.


Dans le second cas, votre texte est découpé en plusieurs paragraphes mais il y a deux idées qui se distinguent nettement des autres. Encore une fois, vous aurez votre I/ et votre II/ et vous devrez ensuite déterminer quelles sont les deux idées dominantes de chaque thématique.


Enfin, comme pour la dissertation ou le commentaire d’arrêt, il peut être rassurant de faire un plan « type » qui serait valable pour tous les commentaires. Nous vous conseillons d’éviter cette méthode si vous voulez réussir : il est préférable de vous adapter au texte.


Par exemple, ne faites pas l’erreur de présenter le texte dans votre première partie pour l’expliquer dans votre deuxième partie. La présentation du texte doit être dans l’introduction et pas ailleurs.

 

❤️ Recommandé pour vous :

 

Étape 4 : Rédiger des titres précis et complets


Comme pour la méthodologie de tout exercice juridique, vous devez rédiger des titres précis et complets. Ils sont le miroir de votre devoir : ils doivent permettre à votre correcteur de comprendre l’ensemble de vos idées sans même lire vos parties.


N’oubliez pas que vous êtes en droit : vous devez avoir un langage rigoureux et juridique. Employer les mauvais termes revient à montrer que vous n’avez pas les connaissances basiques.


Pour réussir les titres de votre commentaire de texte, voici un rappel des règles traditionnelles :


  • Ne pas mettre de verbes conjugués dans vos titres : il vaut mieux privilégier les participés passés ou les affirmations (ce qui vous évitera au passage des fautes de conjugaison) ;

  • Ne pas mettre de ponctuation dans vos titres : soyez simple. Votre titre ne doit pas ressembler à une devinette ni à une introduction de thèse (donc pas de « … » ou 4 virgules dans un titre) ;

  • Ne pas citer tout le texte dans vos titres : cela peut être pertinent si un ou deux mots sont bien placés et utilisés, mais citer 6 fois le texte pour faire 6 titres est plutôt déconseillé.

N’oubliez pas : toutes les facultés de droit et tous les professeurs ont leurs attentes. Les règles énoncées ci-dessus sont générales. Renseignez-vous avant de passer votre partiel de droit.

Étape 5 : Rédiger le commentaire de texte


La dernière étape de la méthodologie pour réussir son commentaire de texte : la rédaction du devoir. Afin de mettre toutes les chances de votre côté et gagner des points, vous devez rendre une copie impeccable (un peu comme les Fiches de révisions Pamplemousse 😁 !). N’oubliez pas, votre devoir vous représente !


Votre copie doit donc être aérée, agréable à lire, bien organisée et surtout, elle ne doit pas contenir de fautes (conjugaison, grammaire, orthographe, vocabulaire).


Pour cela, n’oubliez pas de sauter des lignes, de faire des paragraphes et des alinéas. Par exemple, pour l’introduction vous devriez avoir :

methodologie plan commentaire texte

- PRÉSENTATION DU TEXTE.

- CONTEXTUALISATION DU TEXTE + RATIO LEGIS.

- PROBLÉMATIQUE.

- ANNONCE DE PLAN.


Et voici un autre exemple pour une partie de votre commentaire de texte :


I/ TITRE I

CHAPEAU (A + B).

  1. TITRE

PREMIÈRE PHRASE PRÉSENTANT VOS DEUX (OU TROIS) IDÉES.


DÉVELOPPEMENT DE L’IDÉE 1 (CITATION DU TEXTE, EXPLICATIONS, ARGUMENTS, EXEMPLES).


DÉVELOPPEMENT DE L’IDÉE 2 (MÊME CHOSE).


TRANSITION.


Vous l’aurez compris, il ne faut pas négliger vos transitions et vos chapeaux. Ces éléments participent à la fluidité de votre devoir car ils permettront à votre correcteur de suivre votre logique et votre réflexion.


Pour rappel, un chapeau annonce vos parties (I/ et II/ ; A) et B) tandis qu’une transition permet de passer d’une partie à une autre sans rompre la fluidité de votre propos.


Les transitions entre les sous-parties ne sont pas obligatoires, mais si vous le faites une fois, vous devrez le faire tout au long de votre devoir.


Enfin, pour éviter de rendre une copie pleine de fautes, n’oubliez pas de prévoir 15 minutes pour vous relire. En revanche, il est difficile de donner un temps pour chaque étape de ce devoir. Par exemple, votre temps de lecture ne sera pas le même si votre texte fait 10 lignes ou 2 pages.

Ne recopiez pas tout votre texte au brouillon, vous perdriez du temps inutilement.

Néanmoins, peu importe la durée de l’épreuve (en principe 3 heures) et la durée de chaque étape, ces 15 minutes sont obligatoires si vous ne voulez pas perdre des points inutilement.


3 erreurs à ne surtout pas faire dans un commentaire de texte


❌ Comme pour tout exercice juridique, il y a des erreurs de méthodologie à ne pas reproduire dans un commentaire de texte. Si vous voulez être sûr d’avoir la moyenne, les 3 erreurs ci-dessous sont à bannir.


Erreur 1 : Transformer le commentaire de texte en dissertation


L’erreur la plus courante dans un commentaire de texte est de transformer votre commentaire en dissertation. Peu importe la matière et le niveau, les étudiants en droit veulent toujours montrer qu’ils maîtrisent leur cours.


Pourtant, ce n’est absolument pas ce qui est demandé par votre correcteur : s’il voulait tester vos connaissances de cours, il aurait fait une interrogation (avec des Flashcards bien sûr).

 

❤️ Recommandé pour vous :

 

Avant de commencer votre commentaire, remémorez-vous les objectifs de cet exercice juridique. Vos connaissances doivent simplement servir à enrichir le commentaire de texte. Elles ne sont pas un support mais plutôt un accompagnement. Le cours est ce qui vous permet de comprendre et de dépasser la lettre du texte.


Afin de ne plus commettre cette erreur qui vous coûtera de nombreux points, assurez-vous de citer le texte. Il est déjà arrivé que des correcteurs ramassent des copies dans lesquelles le texte n’était cité aucune fois.


À chaque nouvelle idée, citez le texte, expliquez-le, puis argumentez et exemplifiez à l’aide de vos connaissances.



Témoignage : « En première année de droit, j’ai eu un commentaire de texte sur la séparation des pouvoirs. J’étais très contente car c’était un sujet que je maîtrisais sur le bout des doigts. Lorsque j’ai eu ma note de partiel, je suis tombée des nues. J’ai eu 6 or que j’étais persuadée d’avoir une excellente note. Quand j'ai consulté ma copie, je me suis aperçue que j’étais passée à côté du sujet : j’avais tellement voulu montrer au correcteur que je maîtrisais cette thématique que j’en avais oublié de commenter le texte ».

Lola, L3 Droit, Montpellier.


Erreur 2 : Paraphraser le texte


Une autre erreur de méthodologie présente dans beaucoup trop de copies est la paraphrase. Celle-ci consiste en la « reprise d’un texte sous une autre forme », c’est la « phrase synonyme d’une autre » (Dictionnaire Le Robert). Quand vous paraphraser un texte, vous ne le commentez pas. Vous n’apportez aucune plus-value, aucune information, aucune analyse.


Dès lors, il est impossible pour le correcteur de vous mettre une note au-dessus de la moyenne : vous ne lui apportez aucun contenu nouveau qu’il pourrait noter. La seule chose que vous démontrez éventuellement, c’est que vous avez compris le texte (en supposant que vous ne dénaturez pas les phrases en les paraphrasant).


Cette erreur peut être liée à 3 facteurs :


1. ❌ Mauvaise maîtrise de la méthodologie : comme dit précédemment, le commentaire de texte est perçu par les étudiants comme l’exercice simple qui permet de gagner des points. Malheureusement, avec cette fausse croyance, nombreux sont les étudiants à négliger la méthodologie, ce qui conduit inévitablement à produire un mauvais devoir.


2. ❌ Mauvaise maîtrise du cours : l’étudiant qui ne maîtrise pas son cours ne peut pas faire autre chose que de la paraphrase puisqu’il n’a aucun élément nouveau à apporter. Il voit le commentaire de texte comme une bouée de sauvetage. Dès lors, il espère pouvoir « blablater » afin d’obtenir une note correcte.


Toutefois, votre correcteur n’est pas naïf : il sait lire et il dispose sûrement d’un vocabulaire aussi riche que vous. Ne tentez pas de le berner en disant 3 fois la même chose.


3. ❌ Stress : beaucoup d’étudiants sont démunis face au stress des examens. Certains en perdent complètement leurs moyens, au point de n’avoir aucun recul sur le moment présent. Pour dépasser ceci, notre meilleur conseil est l’entraînement régulier.


A priori, les partiels n’ont lieu que deux fois par an. Si vous n’avez pas de commentaire de texte en TD, les seules fois où vous pourrez vous exercez seront en partiel. Entraînez-vous pour faire du commentaire de texte une routine : maîtrise de votre temps, méthodologie, connaissance de vos points faibles/vos points forts.


Cet exercice juridique doit devenir un automatisme : lors des partiels, le stress ne vous fait pas oublier votre capacité à écrire. Il ne doit plus vous faire oublier votre méthodologie.

 
 

Erreur 3 : Abuser des citations


Dernière erreur qui vous coûte de précieux points : abuser des citations dans votre commentaire de texte. Dans la même logique que la paraphrase, recourir abusivement aux citations de texte revient à montrer à votre correcteur que vous ne maitrisez pas votre cours ou votre méthodologie.


N’oubliez pas, un commentaire de texte réussi est un commentaire qui alterne parfaitement entre les citations et les éléments de cours (explications, arguments, exemples).


Partons du principe que votre commentaire se décompose en deux parties et deux sous-parties. Si vous avez deux arguments par sous-partie, vous devez au moins citer deux fois le texte. En revanche, si vous le citez 10 fois dans une même sous-partie, il est probable que vous ayez négligé les explications de cours.

 
 

Exemples de commentaires de texte


Voici des exemples de commentaire de textes juridiques :


 

❤️ Recommandé pour vous : Découvrez les annales en L1 Droit, L2 Droit et L3 Droit

 

Cassandre Thevin

 
Nos outils

🧰 Parce que votre réussite nous tient à cœur, augmentez vos chances de valider votre année en découvrant toutes les ressources de la BOÎTE À OUTILS (Flashcards Pamplemousse, Fiches de révisions, Livres de réussite).

💖 Recevez aussi des good vibes, des conseils confidentiels et réductions exclusives en recevant la NEWSLETTER DU BONHEUR.

 

bottom of page