top of page

[GUIDE] Comment réussir la capacité en droit ?


La capacité en droit est une formation diplômante, ouverte sans conditions de diplôme, inventée en 1804 par Napoléon Bonaparte. Elle est sanctionnée par un diplôme d’État qui permet d’acquérir les bases du droit (vocabulaire juridique, méthodologie juridique, etc.), en une ou deux années (en présentiel ou à distance). Découvrez tous nos conseils pour réussir votre capacité ! ⚖️

 

Sommaire :


 

Qu’est-ce que la capacité en droit ?


🤔 La capacité en droit est une formation diplômante sanctionnée par un diplôme d’État (de niveau IV, RNCP, donc niveau baccalauréat), qui permet d’acquérir les bases du droit, en une ou deux années.

sondage pamplemousse magazine capacite droit

Ouverte sans conditions de diplôme, cette formation permet de découvrir le vocabulaire juridique, les matières essentielles enseignées en Licence de Droit et quelques aspects de la méthodologie juridique. Si vous êtes intéressé par cette formation méconnue, installez-vous et prenez des notes !


Pour la petite histoire, c’est en 1804 que la Capacité en droit est née (merci Napoléon !). À l’origine, le but était d’avoir des agents capables de travailler sur le Code civil qui venait d’être mis en place, sans pour autant qu’ils soient diplômés du baccalauréat. Pour rappel, le baccalauréat était réservé, à l’époque, à une élite bourgeoise.


Ainsi, les détenteurs de ce nouveau certificat pouvaient alors rejoindre les bancs de la faculté de droit afin d’y réaliser une licence.


Présentation de la formation


L’organisation de la capacité ressemble à celle de la Licence de Droit : vous avez des cours magistraux et des travaux dirigés (TD).

 

💡 Bon à savoir : les cours magistraux sont ceux dispensés à l’ensemble de la promotion, par un Maître de conférences. Les travaux dirigés sont quant à eux des enseignements en groupe réduit, dispensés par un chargé de TD. Ils viennent compléter les cours magistraux des matières majeures (celles à fort coefficient). Les matières mineures (à coefficient plus faible) n’ont pas ces cours complémentaires.

 

Néanmoins, cette organisation varie selon les universités. Par exemple, les travaux dirigés et les cours de langue vivante sont facultatifs à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (mais on vous recommande fortement d’y assister, pour une meilleure réussite !).


Aussi, même si la capacité en droit est communément réalisée en deux ans, certaines facultés, comme celles de Strasbourg ou de Toulouse, proposent aux étudiants de réaliser cette formation en une année seulement.



Faire une capacité en 2 ans


En principe, la capacité en droit est un diplôme qui s’effectue en deux années. Au cours de la première année, ce sont principalement des matières assez générales qui sont étudiées : le droit civil, le droit constitutionnel ou encore le droit commercial.

 

💡 Bon à savoir : la majorité des étudiants inscrits en capacité de droit effectuent le diplôme en deux années. En effet, il y a peu d’inscriptions pour la formation en une année. Notre source ? Les universités elles-mêmes ! Pour vous faire gagner du temps, la Team Pamplemousse a contacté plusieurs facultés pour obtenir leur avis et leurs conseils.

 

Faire une capacité en 1 an


La capacité en une année est une formation spéciale. Pour cette raison, renseignez-vous auprès de chaque faculté qui propose cette possibilité, pour savoir comment il faut s’inscrire.

 

Après avoir mené l’enquête, voici un exemple d’inscription en capacité d’une année (Université de Strasbourg) :


● Tout d’abord, le début de l’année est commun à tous les étudiants en capacité avec

l’étude de l’Introduction générale au droit ;


● Ensuite, il y a une période d’examens en octobre/novembre ;


● Enfin, après les examens et en fonction de leurs résultats, les étudiants choisissent s’ils

réalisent leur capacité en une ou deux années.

 

Qui peut faire une capacité en droit ?


La capacité en droit s’adresse à un public très large. En effet, contrairement à de nombreux diplômes (les masters, on vous voit…), il y a peu (voire presque pas) de conditions requises pour intégrer la formation.


Quel est le niveau requis pour faire une capacité en droit ?


Pour s’inscrire à une capacité en droit, aucun niveau n’est requis. Il est possible de postuler pour cette formation, même si vous n’avez aucun diplôme.


Comme Laura, vous pouvez être non-bachelier, et avoir la volonté d’entrer dans une prestigieuse faculté de droit sans repasser par l’étape du baccalauréat.


« Depuis le début du lycée, je savais que je voulais faire du droit. J’avais choisi plusieurs facultés, mais je n’avais pas prévu de rater mon bac… Au début, ça a été dur, car je pensais qu’il n’y avait pas d’autres options. Ensuite, j’ai entendu parler de la capacité en droit, et je me suis dit “pourquoi pas ?”. Si je ne peux pas entrer par la porte, alors je passe par la fenêtre. Rien ne m’empêchera d’étudier ce qui me fait rêver ».


Vous pouvez aussi être en reprise d’études, après avoir arrêté une première formation qui ne vous convenait pas.

 

❤️ Le saviez-vous ? Environ 100 000 étudiants se réorientent chaque année. D’après le ministère de l’Enseignement supérieur, 62 000 d’entre eux sont des étudiants issus de l’Université !

 

Autre option : vous êtes peut-être déjà dans le monde du travail, mais vous voulez consolider vos connaissances juridiques, ou même faire une reconversion professionnelle. Quand on sait qu’au cours des 5 dernières années, 25 % des actifs ont suivi une reconversion professionnelle (source : Céreq), il n’est pas étonnant de voir les bancs de la capacité en droit se remplir !


Vous l’avez compris, quelle que soit votre situation et vos projets personnels, la capacité en droit est un bon moyen de mettre un pied dans ce monde fabuleux qu’est le droit. En réalité, la capacité pourrait avoir la même devise que McDonald’s : venez comme vous êtes !


Quelles conditions pour faire une capacité en droit ?


Pour faire une capacité en droit, il n’y a qu’une seule condition à remplir (oui oui, c’est bien vrai !) : être âgé d’au moins 17 ans au moment de l’inscription en formation.


Formidable, n’est-ce pas ?


Évidemment, il y a probablement toute une liste de documents à fournir au moment de votre inscription. Mais tant que vous avez dépassé les 17 tours de soleil (un tour de soleil = une année), à vous la capacité en droit !

 

🎤 Témoignage : « Quand je me suis inscrit en capacité de droit, j’avais peur d’être jugé, car j’ai 31 ans et je suis papa. Je me suis dit que j’allais me retrouver avec beaucoup de jeunes et qu’il serait difficile de m’intégrer. J’ai été surpris de voir que je n’étais ni le seul parent, ni le seul trentenaire de la classe ! », Thomas, Capacité 2 Droit.

 

Comment s’inscrire en capacité de droit ?


Pour s’inscrire à une capacité en droit, vous devez respecter plusieurs étapes.


1️⃣ Avant même de vous inscrire, vous devez choisir votre capacité. Plusieurs critères sont à prendre en compte, comme le lieu d’enseignement, le programme (quelles matières devrez-vous étudier ?) ou encore les tarifs de la formation (on en parle plus bas !).


2️⃣ Une fois que votre choix est fait, vous devez contacter l’organisme en question (faculté, CNED, etc.). Les modalités d’inscription varient en fonction des lieux d’enseignement, donc il vaut mieux vous renseigner.


3️⃣ Une fois que vous aurez tous les détails en main, vous allez probablement procéder à votre inscription administrative, puis à votre inscription pédagogique. Elles s’effectuent majoritairement en ligne, sur des plateformes telles que eCandidat. Parfois, la procédure peut être dématérialisée, mais c’est assez rare.

 

💡 Bon à savoir : l’inscription administrative consiste souvent à régler les frais d’inscription et à envoyer tous les documents nécessaires à l’inscription, tandis que l’inscription pédagogique consiste plutôt pour l’étudiant à choisir les unités d’enseignement qu’il souhaite suivre.

 

Faut-il avoir un projet professionnel ?


Avant de commencer votre capacité en droit, il est fortement conseillé de réfléchir à votre projet professionnel. Les études de droit sont complexes et demandent beaucoup de travail. Il serait dommage de se lancer dans cette filière si elle ne correspond pas à vos projets !


Alors, pourriez-vous répondre à votre entourage s’il vous demandait : « pourquoi faites-vous une capacité en droit ? ». Non ? Oui, mais avec une réponse approximative ? Dans ce cas, voici 3 raisons pour lesquelles vous devez impérativement avoir un projet professionnel clair et déterminé !


1) Pour rentabiliser votre investissement financier et temporel.


La capacité en droit peut représenter un certain coût (pas de spoiler, on vous donne plus de précisions dans quelques lignes !).

Futurs juristes, iriez-vous jeter votre argent par la fenêtre et gâcher votre temps inutilement ?


Pas nécessairement. Alors soyez sûr de vous ! Le coût de cette formation est-il rentable au regard de vos objectifs ? Une autre formation vous permettrait-elle d’atteindre votre but en moins de temps ?


2) Pour être sûr de votre orientation professionnelle.


La filière juridique ouvre énormément de portes. Néanmoins, la voie générale (capacité/licence) n’est pas toujours la plus adaptée en fonction des concours et professions. Avez-vous analysé les offres de formations conduisant à l’exercice de la profession souhaitée ? Avez-vous regardé si l’obtention d’une capacité permet de s’inscrire au concours que vous visez ? Si votre projet professionnel n’est pas déterminé, il est possible que vous n’empruntiez pas la bonne voie…


3) Pour avoir une raison de se lever le matin.


Nombreuses sont les études scientifiques qui montrent qu’avoir un objectif professionnel est un facteur de réussite au cours des études supérieures.


Eh oui ! En suivant des étudiants en faculté, la psychologue Gabrielle Oettingen et ses collègues ont constaté que ceux qui avaient des objectifs clairs et spécifiques ainsi qu’une vision positive de leur futur réussissaient mieux que ceux qui n’avaient pas de projet professionnel clair. Autrement dit, d’après eux,


Avoir des objectifs professionnels clairs motive les étudiants à persévérer et à investir davantage dans leurs études, ce qui peut conduire à une plus grande réussite académique.

Alors, ça vaut la peine de réfléchir avant de se lancer, non ?

Où faire une capacité en droit ?


La capacité en droit peut être réalisée soit avec une faculté, soit avec un organisme (ex. : le CNED). Elle peut être effectuée en présentiel ou à distance.


La capacité en droit en présentiel


Liste des établissements où faire une capacité en droit en présentiel


Capacité à Aix-Marseille :


Lieu : Faculté de droit et science politique, Aix-Marseille Université.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Angers :


Lieu : UFR de Droit, économie et gestion, Université d’Angers.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (une partie des enseignements se fait à distance).


Capacité à Auxerre :


Lieu : Centre enseignement CNAM Auxerre.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (cours en fin de journée et samedi matin).


Capacité à Avignon :


Lieu : UFRip Droit, économie, gestion, Avignon Université.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Besançon :


Lieu : UFR de sciences juridiques économiques politiques et gestion, Université de Franche-Comté.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein. Possibilité de réaliser la capacité à distance.

Capacité à Chartres :


Lieu : École de droit - Pôle universitaire, Université d’Orléans.

Durée : 2 ans.

Modalités : cours du soir (de 18h à 20h du lundi au jeudi).

Capacité à Clermont-Ferrand :


Lieu : École de Droit, Université Clermont Auvergne.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité en Corse :


Lieu : Faculté de droit, sciences sociales et politiques, Université de Corse.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Créteil :


Lieu : UFR de Droit, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Dijon :


Lieu : UFR Droit, sciences économiques et politiques, Université de Bourgogne.

Durée : 2 ans.

Modalités : apprentissage, temps plein (cours en fin de journée et samedi matin).


Capacité à La Couronne :


Lieu : Faculté de droit et sciences sociales - Site d’Angoulême, Université de Poitiers.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Lille :


Lieu : Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales, Université de Lille.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (en cours du soir, à partir de 17h30, et le samedi toute la journée).


Capacité à Marseille :


Lieu : Faculté de droit et science politique - Campus Marseille Centre, Aix-Marseille Université.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Metz :


Lieu : UFR Droit, économie et administration, Université de Lorraine.

Durée : 2 ans.

Modalités : cours du soir (soirs et samedi). Possibilité de réaliser la capacité à distance.


Capacité à Montpellier :


Lieu : UFR de Droit et science politique, Université de Montpellier.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Nanterre :


Lieu : UFR Droit et science politique, Université Paris Nanterre.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (cours du soir, de 17h30 à 20h30, et parfois le samedi matin).


Capacité à Narbonne :


Lieu : UFR des sciences juridiques et économiques - Site de Narbonne, Université de Perpignan Via Domitia.

Durée : 1 an.

Modalités : temps plein (cours du soir, de 18h à 20h, du lundi au vendredi).


Capacité à Nevers :


Lieu : UFR Droit sciences économiques et politiques - Site de Nevers, Université de Bourgogne.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (cours en fin de journée et samedi matin).


Capacité à Nice :


Lieu : Campus Trotabas Droit et Science politique - Faculté de droit et science politique, Université Côte d’Azur.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (tous les soirs de la semaine entre 18h et 21h, et parfois le samedi matin).


Capacité à Paris :


Lieu : UFR Droit - Département Licence (École de droit de la Sorbonne), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (cours du soir + facultatifs le samedi).


Capacité à Paris :


Lieu : UFR Droit et sciences politiques - Centre Vaugirard, Université Paris-Panthéon-Assas.

Durée : 2 ans.

Modalités : cours du soir (CM : 3 à 5 fois par semaine, à partir de 19h jusqu’à 22h. TD : samedi matin de 9h à 13h).


Capacité à Pau :


Lieu : Collège Sciences sociales et humanités - Campus de Pau, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Perpignan :


Lieu : UFR des sciences juridiques et économiques, Université de Perpignan Via Domitia.

Durée : 1 an.

Modalités : temps plein (cours du soir, de 18h à 20h, du lundi au vendredi).


Capacité à Pessac :


Lieu : Faculté de droit et science politique, Université de Bordeaux.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (cours du soir, à partir de 17h30).


Capacité à Reims :


Lieu : UFR de Droit et science politique, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (cours le soir à partir de 18 heures ou le samedi.


Capacité à Rennes :


Lieu : Faculté de droit et science politique, Université de Rennes.

Durée : 2 ans.

Modalités : cours du soir (17h30 à 20h, exceptionnellement les samedis).


Capacité à Saint-Étienne :


Lieu : Faculté de droit, Université Jean Monnet Saint-Étienne.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (cours du soir, de 17h30 à 20h, environ trois fois par semaine).


Capacité à Strasbourg :


Lieu : Faculté de droit de sciences politiques et de gestion, Université de Strasbourg.

Durée : 2 ans (possibilité en un 1 an).

Modalités : temps plein (cours en soirée, de 18h30 à 20h30). CM en présentiel, TD en ligne. Possibilité de réaliser toute la capacité à distance.


Capacité à Toulon :


Lieu : UFR de Droit, Université de Toulon.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Toulouse :


Lieu : Faculté de droit et science politique, Université Toulouse Capitole.

Durée : 1 an ou 2 ans.

Modalités : temps plein.

 

🎤 Témoignage : « J’ai effectué ma capacité en un an à Toulouse. Cours toutes les semaines avec des matières diverses telles que le droit du travail, droit constitutionnel, droit des affaires, etc. On aborde le programme de deux ans en un an. Lorsque je l’ai fait, il y avait la Covid, donc c’était assez particulier. Pour rentrer en capacité d’un an, il faut passer un entretien. J’ai repris les études après une coupure de 8 ans et j’avais peur de retourner à l’université directement. J’ai donc décidé de passer par la capacité pour être rassurée (même si j’ai le bac) et je ne regrette pas du tout ! », Sarah, L1 Droit.

 

Capacité à Troyes :


Lieu : Campus des Comtes de Champagne, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (cours le soir et le samedi dans la journée).


Capacité à Valenciennes :


Lieu : Institut Sociétés et Humanités Droit, Administration publique, Université polytechnique Hauts-de-France.

Durée : 1 an ou 2 ans.

Modalités : temps plein.


Capacité à Villetaneuse :


Lieu : UFR de Droit, sciences politiques et sociales, Université Sorbonne Paris Nord.

Durée : 1 an.

Modalités : temps plein.


Avantages de la capacité en droit en présentiel :


Pour tous nos pépins qui préfèrent opter pour la capacité en droit en présentiel, il y a 3 avantages non négligeables.


Avantage n° 1 : le présentiel vous permet d’interagir directement avec les enseignants et les autres étudiants. Vous pouvez poser vos questions en temps réel, développer vos compétences de travail en équipe mais aussi vous construire plus facilement un réseau (amical et professionnel).


✅ Avantage n° 2 : en présentiel, vous serez dans un environnement d’apprentissage stimulant et interactif. En échangeant directement avec vos camarades et enseignements, vous serez probablement au centre de débats et de discussions enrichissantes. Dès lors, vous développerez vos compétences en communication et en éloquence.


Avantage n° 3 : les étudiants en présentiel estiment avoir plus de soutien et d’encadrement. Certaines notions juridiques sont parfois complexes à comprendre, et une explication en direct peut être la bienvenue pour une meilleure compréhension du cours.


Inconvénients de la capacité en droit en présentiel :


Inconvénient n° 1 : les contraintes de temps et de déplacement.


Sur le podium des inconvénients des études en présentiel, les contraintes de temps et de déplacement ont la première place. En effet, vous êtes nombreux à habiter loin de vos établissements d’enseignement ou à devoir gérer vie de famille et activités professionnelles.


Or, vous connaissez l’équation : temps = argent ! Perdre 1 h à 2h dans les transports est un véritable problème pour les étudiants. D’ailleurs, pour nombre d’entre vous, les coûts liés aux déplacements sont assez conséquents (transports, essence). Étudier en présentiel peut impliquer de changer de ville (trouver un nouveau logement, etc.) ou vous éloigner de votre lieu de travail.


Le développement des études à distance est donc une bonne alternative pour celles et ceux qui veulent rentabiliser leur temps, ou encore pour les personnes qui n’auraient pas les moyens de changer de ville pour leurs études.


Inconvénient n° 2 : les infrastructures limitées.


Vous le savez, on le sait… Les moyens de la fac sont assez limités. Entre les bancs qui s’écroulent sous le poids des étudiants (on exagère à peine), les prises dysfonctionnelles, et le chauffage qui semble être en option dans certaines facultés, il est parfois difficile de travailler dans de bonnes conditions. Combien d’étudiants ont déjà dû quitter un cours magistral à cause d’un ordinateur qui n’avait plus batterie ?


Inconvénient n° 3 : la fixité de l’emploi du temps.


Les cours en présentiel impliquent parfois des horaires fixes (ex. : cours le mardi soir de 18 heures à 20 heures), qui ne sont pas toujours conciliables avec vos engagements personnels et vos responsabilités. Même si en capacité de droit les horaires sont pensés pour des personnes travaillant la journée, cette fixité peut parfois être contraignante.


La capacité en droit à distance


Liste des établissements où faire une capacité en droit à distance :


Capacité à Chasseneuil-du-Poitou :


Lieu : Centre national d’enseignement à distance

Durée : 2 ans

Modalités : enseignement à distance


Capacité à Nancy :


Lieu : UFR Droit, sciences économiques et gestion, Université de Lorraine.

Durée : 2 ans.

Modalités : enseignement à distance, temps plein (cours regroupés sur une journée par semaine à raison de 13 semaines par semestre).


Capacité à Nouméa :


Lieu : UFR Droit, économie et gestion, Université de Nouvelle-Calédonie

Durée : 2 ans

Modalités : enseignement à distance


Capacité à Rouen :


Lieu : UFR de Droit, sciences économiques et gestion, Université de Rouen Normandie.

Durée : 2 ans.

Modalités : temps plein (SEAD ou service d'enseignement à distance de l'université)


Les universités de Metz et Strasbourg proposent également la voie du distanciel pour réaliser la capacité.


Avantages de la capacité en droit à distance :


Avantage n° 1 : la flexibilité.


La capacité en droit à distance vous permet d’étudier à votre rythme, selon vos disponibilités. Vous pouvez concilier vos études avec d’autres obligations, comme un emploi, des enfants, etc.


Avantage n° 2 : la liberté d’étudier où que vous soyez.


Que vous soyez chez vous avec votre grand-mère, au travail, en voyage avec vos enfants : peu importe ! Avec les études à distance, vous pouvez accéder à vos cours et travailler sur vos devoirs n’importe où et n’importe quand. Ainsi, vous avez la possibilité de gérer votre temps de façon autonome, et cette autonomie est souvent valorisée sur le marché du travail.


Avantage n° 3 : la possibilité d’accéder à des ressources en ligne variées.


`Lorsque vous faites des études à distance, vous devez inévitablement vous servir de ressources en ligne telles que des bibliothèques virtuelles, des bases de données juridiques, des forums de discussion spécialisés, etc. En présentiel, les étudiants ont tendance à négliger ces ressources (ou parfois, ils n’y ont pas accès). Tirez profit de toutes ces informations ! Elles vous permettront d’approfondir vos connaissances et de rester à jour avec les dernières évolutions du droit.


Inconvénients de la capacité en droit à distance :


Inconvénient n°1 : le manque d’interaction et l’isolement.


Si vous réalisez votre capacité uniquement à distance, vous risquez de rencontrer des difficultés pour établir des liens sociaux avec vos camarades mais aussi avec vos enseignants. Ce manque de lien peut conduire à un sentiment d’isolement, ce qui est négatif pour la réussite de vos études.

 

🎤 Témoignage : « Lorsque j’ai débuté ma capacité à distance, j’ai légèrement surestimé mon aptitude à faire les choses en temps et en heure… J’ai commencé à remettre mes cours au lendemain et à prendre du retard dans mes notes. Étant seul, j’avais beaucoup de mal à me motiver. Après plusieurs semaines, j’ai réussi à trouver un rythme grâce à un étudiant de ma promo que j’ai rencontré sur les réseaux sociaux. Si j’ai bien un conseil à donner à tous les étudiants qui optent pour le distanciel, c’est de garder à l’esprit que l’apprentissage à distance nécessite une grande discipline et une bonne organisation individuelle », Omar, Capacité 2 Droit.

 

Inconvénient n° 2 : les difficultés pour se concentrer.


À la maison, la moindre chose peut devenir intéressante quand vous n’avez pas envie de réviser : de la mouche qui vole jusqu’au chien qui ronfle paisiblement. Votre ménage peut même devenir subitement une activité très sympathique, tant qu’elle vous évite vos révisions ! Si vous avez besoin d’encadrement pour travailler, il est préférable de privilégier les études en présentiel.


Inconvénient n° 3 : les contraintes techniques.


Les études en ligne nécessitent un accès fiable à Internet et à un ordinateur, ainsi que quelques compétences techniques (savoir se servir d’un ordinateur, d’un logiciel de traitement de texte, de bases de données juridiques, etc.). Or, il suffit d’un problème de connexion ou de matériel pour perturber votre apprentissage.


Et voilà, avec tous ces éléments, vous avez toutes les clés en main pour choisir votre capacité les pépins !


Quelles fournitures sont nécessaires en capacité ?


Pour réussir votre capacité en droit, quelques fournitures seront essentielles. Prenez des notes, vous devez débuter votre année avec les bons outils !


● 🖊️ Des stabilos/surligneurs : sans eux, vous ne rentrerez pas dans le gang des juristes ;


● 🖥️ Un outil pour prendre des notes (un ordinateur ou des feuilles de papier/des cahiers


● 📚 Un dictionnaire juridique pour comprendre cette nouvelle langue qu’est le droit ;


● 📕 Un Code civil À JOUR des dernières réformes (on insiste, mais vous nous

remercierez plus tard) ;


● 📑 Des post-it transparents adhésifs, pour naviguer confortablement dans votre Code

civil ;


● 📆 Un monthly planner pour organiser votre année ;


● 🃏 Des Flashcards Pamplemousse pour réviser de façon ludique et rapide vos cours de

droit ;


● 📘 Le livre IN-CON-TOUR-NABLE pour tout savoir sur la faculté (organisation,

mémorisation des cours, méthodologie juridique, cours magistraux, travaux dirigés,

etc.) et réussir vos études de droit : Comment Hacker sa L1 Droit ? (format papier

ici).


Combien coûte la capacité en droit ?


Le prix de la capacité en droit varie en fonction du présentiel ou distanciel, mais aussi selon votre lieu d’enseignement.


Le prix de la capacité en droit en présentiel


Si vous effectuez votre capacité en présentiel, vous devrez payer les tarifs standards de la faculté, à savoir :


● 🤑 La contribution à la vie étudiante (CVEC), dont le montant augmente légèrement

chaque année. Par exemple, le prix de la CVEC est de 100 euros pour l’année

universitaire 2023/2024 ;


● 🤑 Les frais d’inscription, qui varient selon votre nationalité.


170 euros pour les étudiants français et ressortissants de l’Union

européenne ;


2 770 euros pour les étudiants hors Union européenne.


Le prix de la capacité en droit à distance


Si vous effectuez votre capacité en distanciel, certains frais de matériel nécessaires à la bonne réalisation de vos études peuvent s’ajouter aux frais précédents.


Aussi, en fonction de l’organisme avec lequel vous allez réaliser votre formation, vous allez devoir payer vos cours, l’envoi de vos fascicules, l’accès aux ressources en ligne, etc.


Votre année peut donc vous revenir à quelques centaines d’euros, ou bien à plusieurs milliers d’euros.


Quel est le programme de la capacité en droit ?


👩‍💻 Le programme de la capacité en droit varie en fonction des facultés. Toutefois, il est communément admis que :


La première année vous donne les bases du droit, aka la découverte du jargon

juridique et du monde mystérieux qu’est le droit. Ainsi, vous découvrirez le vocabulaire

juridique, les premières matières de droit privé (ex. : le droit civil) ainsi que les premières

matières de droit public (ex. : le droit constitutionnel) ;


La deuxième année vous aide à développer/approfondir vos connaissances

ainsi que votre culture juridique. À ce stade, vous comprenez suffisamment le droit

pour appréhender des nouvelles matières, telles que le droit administratif, le droit social

ou encore le droit pénal.


Quelles sont les matières étudiées ?


Encore une fois, les matières étudiées en capacité de droit diffèrent selon les universités. Néanmoins, après un long travail de comparaison des programmes, la Team Pamplemousse a pu établir une liste des matières que vous étudierez sûrement au cours de votre capacité.


Matières étudiées en première année de capacité


En première année, vous étudiez souvent les mêmes matières qu’en Licence de Droit.


Le Droit constitutionnel : c’est une des branches du droit public interne français, tout comme le droit administratif. C’est l’ensemble des règles de droit régissant l’organisation et le fonctionnement de l’État en France.


Le Droit civil : il régit les relations entre les individus et les entités privées (personnes physiques et morales). Autrement dit, il recouvre l’ensemble des règles et des principes encadrant les droits et devoirs des individus dans tous les domaines de la vie quotidienne (le domaine de la famille, des successions, des contrats, des biens, etc.).


Le Droit commercial : il correspond à l’ensemble des règles régissant la profession des commerçants ainsi que les actes de commerce.


Matières étudiées en deuxième année de capacité


En deuxième année, vous pouvez retrouver des matières vues en première année, mais sous un angle différent, de façon plus approfondie. Vous découvrez également d’autres branches du droit.


Le Droit administratif : c’est une des branches du droit public interne français, au même titre que le Droit fiscal. Il correspond à l’ensemble des règles régissant les relations réciproques entre l’Administration (l’État, quoi) et les administrés (vous, nous, votre professeur).


Le Droit fiscal : il correspond à l’ensemble des règles régissant les impositions, les cotisations ainsi que les taxes.


Le Droit social : il recouvre l’ensemble des règles qui régissent les relations individuelles et collectives de travail. Toutefois, cette matière est plus large que le Droit du travail, car elle englobe aussi le Droit de la Sécurité sociale.


Le Droit pénal (du latin poena, peine — d’un point de vue légal —, châtiment) : c’est une branche du droit réunissant l’ensemble des règles imposées par l’État aux citoyens, sanctionnées par une peine en cas d’infraction.


La Procédure pénale : la procédure pénale se définit comme la branche du droit qui régit le déroulement du processus pénal. Commettre une infraction a des conséquences et ces dernières sont encadrées par les règles de procédure pénale qui touchent tant à la preuve (libre en matière pénale), qu’au cadre du procès ou encore aux rôles des différentes autorités qui interviennent.


La Procédure civile : l’ensemble des règles qui guident et encadrent les contentieux devant les juridictions de l’ordre judiciaire.


L’Économie politique : cette matière un peu moins juridique n’en reste pas moins très étudiée en capacité ! Il s’agit de comprendre le système social et analyser les principes et les mécanismes qui régissent la production, la distribution et la consommation des biens et services dans une société donnée.


Exemples d’emploi du temps en capacité droit


Exemple d’emploi du temps de la capacité en Droit à l’Université de Strasbourg :


En première année :

Semestre 1

Semestre 2

UE introduction en droit, avec deux enseignements :

● Introduction au droit objectif (24h CM* et 4h TD) ;


● Introduction aux droits subjectifs (24h CM* et 4h TD).


UE Droit public, avec un enseignement :

● Droit public 1 (48h CM* et 8h TD).


UE Droit privé, avec un enseignement :

● Procédure civile (24h CM* et 4h TD).


UE Droit public, avec un enseignement :

● Droit public 2 (48h CM* et 8h TD).


UE Droit privé, avec un enseignement :

● Droit de la famille (24h CM* et 4h TD).


En deuxième année :

Semestre 1

Semestre 2

UE Droit civil, avec un enseignement :

● Droit des obligations (48h CM* et 8h TD).


UE Droit pénal, avec un enseignement :

● Droit pénal et procédure pénale (24h CM* et 4h TD).


UE Droit administratif, avec un enseignement :

● Droit administratif (24h CM* et 4h TD).


UE Droit des affaires, avec deux enseignements :

● Droit commercial (24h CM* et 4h TD) ;


● Droit du travail (24h CM* et 4h TD).

*Le nombre d’heures de CM affichées correspond pour moitié à des heures de « face-à-face » avec l’enseignant et pour moitié à des heures de travail en autonomie sur les supports mis en ligne.


Exemple d’emploi du temps de la capacité en Droit à l’Université Paris Panthéon-Assas


En première année :

Semestre 1

Semestre 2

Droit civil 1 (CM : 36h et TD* : 10h)


Droit constitutionnel (CM : 36h et TD* : 10h)


Droit commercial (CM : 36h et TD* : 10h)


Droit civil 2 (CM : 36h et TD* : 10h)


Droit administratif (CM : 36h et TD* : 10h)


En deuxième année :

Semestre 1 (3 matières parmi)

Semestre 2

Droit civil (CM : 36h et TD* : 15h)


Droit social (CM : 36h et TD* : 15h)


Droit commercial (CM : 36h)


Droit administratif (CM : 36h et TD* : 15h)


Droit pénal, procédure pénale (CM : 36h et TD* : 15h)


Procédure civile et voies d'exécution (CM : 36h)


Droit fiscal (CM : 36h)


Économie politique (CM : 36h)

*Les TD sont facultatifs.


Comment réviser ses cours en capacité ?


En capacité de droit, la révision des cours doit être très efficace et bien organisée, car les étudiants ont souvent peu de temps à y consacrer. Eh oui, ce n’est peut être pas votre cas, mais nombreux sont les étudiants à avoir un job ou une famille en capacité ! Il faut donc réussir à cumuler études et travail.


Révisez avec un cours clair, complet et précis


Pour bien réviser, vous devez avoir un cours parfaitement clair, complet et précis ! Si vous perdez du temps à essayer de comprendre vos notes lorsque vous êtes censé réviser, vos révisions seront loin d’être efficaces.


Et pour arriver à un cours de ✨ qualité ✨, il faut une bonne technique de prise de notes ! En capacité, la première méthodologie que vous devez intégrer est celle de la prise de notes. L’objectif ? Ne pas perdre de temps à reprendre vos cours.

La recette Pamplemousse pour une prise de notes efficace

1. Tout d’abord, commencez par pratiquer l’écoute active. Il s’agit de prêter une attention totale à la personne qui parle, en se concentrant sur ses mots et le sens de ses phrases. Vous devez écouter comme s’il était question d’une discussion à laquelle vous devriez participer.


L’écoute active implique de comprendre et d'interpréter en même temps que vous prenez des notes. Vous ne devez surtout pas écouter passivement et écrire machinalement votre cours.


De cette façon, vous allez déjà commencer à ancrer l’information dans votre cerveau, ce qui facilitera amplement vos révisions.


2. Ensuite, grâce à l’écoute active, vous allez traiter l’information et surtout… N’écrivez pas ce que dit votre enseignant ! Une bonne prise de notes implique de savoir faire la différence entre le superflu et l’indispensable.


Pas de panique les pépins : au début, cela peut être difficile, mais cela viendra avec la pratique ! Dans votre cours, vous devez avoir : la structure (le plan), les définitions, les sources importantes (articles, jurisprudences, etc.), les conditions, et quelques exemples.


3. Enfin, après votre cours (et pas pendant, on vous voit les perfectionnistes), reprenez la mise en page afin qu’elle facilite votre apprentissage. Un plan bien structuré = des idées bien organisées ; des éléments mis en couleur = une bonne aide pour la mémorisation visuelle, etc.

Révisez avec la technique de la répétition espacée


La technique de la répétition espacée est un excellent moyen d’ancrer une information dans votre cerveau sur le long terme. Le principe est simple : il est plus efficace de réviser vos cours à intervalles réguliers et progressivement espacés dans le temps, plutôt que de les revoir de manière intensive en une seule fois.


Si si, c’est scientifiquement prouvé ! La courbe de l’oubli, ça ne vous parle pas ?


courbe oubli revisions repetition espacee

Merci à Hermann Ebbinghaus pour ses travaux sur la façon dont notre cerveau retient les informations ! Son constat en une phrase ? L’apprentissage massif n’est pas aussi efficace que l’apprentissage répétitif.


Bon, ce constat est super… Mais comment fonctionne cette méthode d’apprentissage pour les cours en capacité de droit ? Rien de bien compliqué, promis !


1) Après votre première exposition à l’information pendant votre CM ou votre TD,

reprenez vos notes de cours (quelques minutes ou quelques heures après).

Complétez-les si nécessaire et relisez-les. L’idée est de réviser rapidement les

informations que vous venez de découvrir pour ancrer les connaissances dans

votre mémoire à court terme.


La reprise des informations peut se faire sous la forme que vous désirez : une prise de notes simple, des fiches de révisions, le cours résumé en mindmaps ou en flashcards, etc.

 

💡 Bon à savoir : apprendre le plan du cours est fortement conseillé, car il permet de ranger précisément les connaissances dans votre cerveau afin de les rechercher plus facilement.

 

2) Plusieurs jours après cette étape, prévoyez un premier rappel pour réviser

exactement les mêmes informations.


3) Encore une fois, plusieurs jours après cette seconde étape, faites un second rappel,

toujours pour réviser les mêmes informations.

 

📚 Le jour du rappel, comment réviser le cours ?


Sans relire le cours, prenez une feuille blanche et essayez d’y écrire toutes les informations retenues. Pour aller plus vite, vous pouvez également faire cet exercice à l’oral, si possible avec une personne qui aurait votre cours sous les yeux.


Regardez ensuite ce que vous avez oublié pour savoir sur quelles informations vous devez concentrer vos révisions.

 

Cette technique de révisions est à recommencer le plus souvent possible !


Préparez la capacité avec des fiches de révisions


Pour préparer la capacité en droit, les Fiches de révisions sont un bon moyen de réviser en vue des examens. Au vu de la charge de travail, du temps qui court, du nombre important de pages à apprendre, des prises de notes à retravailler, il est pour beaucoup d’étudiants très utile de recourir à des fiches faisant la synthèse de ce qu’il faut savoir pour les partiels.


Mais attention, les fiches ne seront efficaces que si :


● ✅ Elles savent ne retenir que l’essentiel (plan, notions et définitions juridiques

importantes, jurisprudences, articles de loi, dates à connaître…) ;


● ✅ Elles vous permettent de mémoriser la structure du cours ;


● ✅ Elles sont synthétiques (sinon autant apprendre ses cours) ;


● ✅ Elles sont complètes (d’où la bonne prise de notes en cours et l’analyse de manuels) ;


● ✅ Elles sont à jour (eh oui, le droit évolue tout le temps).


Pour préparer votre capacité en droit, Pamplemousse et ses enseignants mettent à jour des dizaines de matières au format fiches de révisions ; mieux, elles sont illustrées pour favoriser la mémorisation ! C’est pour cela qu’on les appelle « Fiches de révisions optimisées ». Elles sont même interactives, car intégrant des quiz en ligne permettant de vérifier ses connaissances !


Préparez la capacité avec des Flashcards


Les Flashcards — ou carte de mémorisation — sont un outil ludique et efficace pour apprendre ses cours en vue de préparer la capacité en droit.

flashcards droit constitutionnel

Importée en France par Pamplemousse en 2020, la technique de la flashcard est une technique méthode anglo-saxonne fondée sur le rappel actif et la répétition espacée (traitée plus haut dans cet article). « Chaque soir avant de dormir, mon copain me met au défi sur 20 flashcards. Il me dicte le recto, et si je ne trouve pas le verso sur plus de 5 flashcards, je dois faire à manger le lendemain ! » nous explique Léonie, L2 Droit, Paris Sorbonne.


Les flashcards sont aussi un très bon moyen de changer de technique d’apprentissage et de se donner un coup de boost dans des révisions ennuyeuses. Il suffit de les télécharger et de les imprimer, puis de se challenger dessus !

Pamplemousse vous a synthétisé chaque matière en 100 cartes environ à connaître par cœur ! Complètes, synthétiques, à jour du programme et des réformes, rien de mieux pour préparer sa capacité en droit…



Quels sont les débouchés ?


🎓 Les débouchés de la capacité de droit sont assez diverses et dépendent en réalité de votre projet professionnel.


Pourquoi faire une capacité ?


Faire une capacité en droit permet d’ouvrir deux portes : celle de la reprise d’études, et celle de nouvelles opportunités professionnelles.


Pour intégrer une Licence de Droit


Parmi les étudiants qui font une capacité en droit, nombreux sont ceux qui veulent reprendre leurs études et intégrer les bancs de la faculté en licence. Comme vous l’avez déjà lu plus haut, même si vous n’avez pas votre baccalauréat, rien ne vous empêche de faire une licence de droit si vous empruntez la voie de la capacité !


N’oubliez pas, si vous avez un projet, il faut y croire et ne jamais rien lâcher.


Si la porte est fermée, passez par la fenêtre. Si la fenêtre est fermée, passez par la cheminée. Il y a toujours une solution !

Pour développer des compétences juridiques


La capacité en droit est également utilisée par de nombreux salariés et professionnels pour développer des compétences juridiques. Eh oui ! Vous le savez déjà, mais le droit est partout dans la société !


Quand vous payez votre abonnement Netflix, quand vous consommez de l’alcool sur la voie publique…


Pour certaines professions, une bonne maîtrise du droit est donc indispensable.


Pour élargir ses opportunités professionnelles


La capacité en droit est aussi un excellent point de départ si l’on veut se réorienter et élargir ses opportunités professionnelles. Vous vous souvenez du taux de reconversion ? Un actif sur quatre au cours des 5 dernières années, c’est énorme !


Quand on sait qu’il n’y a pas de conditions (si ce n’est d’avoir 17 ans) pour entrer en capacité de droit, pourquoi chercher un autre moyen de se réorienter ?


Que faire après une capacité en droit ?


Après une capacité en droit, plusieurs débouchés et voies d’études sont accessibles (L1 Droit, L2 Droit), et différentes voies professionnelles sont envisageables.


Intégrer une L1 Droit


Si vous validez votre capacité en droit avec une moyenne au moins égale à 10 sur 20, vous pouvez intégrer une L1 dans une faculté de droit

Dans ce cas, on vous conseille de lire le livre “Comment Hacker sa L1 Droit ?” et de vous inscrire au programme de pré-rentrée en Fac de droit afin d’assurer une bonne transition.


Intégrer une L2 Droit


Si vous validez votre capacité en droit avec une moyenne au moins égale à 15 sur 20, vous pouvez intégrer une L2 Droit.


Et parce qu’on est rigoureux chez Pamplemousse, voici la source de nos propos les pépins.


Dans ce cas, on vous conseille de lire le livre “Comment Hacker sa L2 Droit ?” et de vous inscrire au programme de Pré-rentrée en Fac de droit afin d’assurer une bonne transition en deuxième année.


Pour passer des concours de la fonction publique de catégorie B


La capacité en droit vous permet également d’accéder à des concours de la fonction publique de catégorie B.


Même si tous ces concours ne sont pas axés sur le droit, certaines professions nécessitent des bases juridiques solides.


Devenir secrétaire juridique


Autre possibilité permise par la capacité en droit : devenir secrétaire juridique. Soutien administratif essentiel, la (ou le) secrétaire juridique contribue à l’efficacité des cabinets d’avocats, des départements juridiques, etc.


La capacité prépare aux différentes missions de ce métier : rédaction et préparation de documents juridiques, gestion des dossiers ou encore recherches juridiques.


Devenir clerc d’huissier


Un autre débouché de la capacité en droit se trouve dans la profession de clerc d’huissier.


La différence avec la profession précédente est que le clerc est responsable de l’exécution de décisions judiciaires ainsi que de l’accomplissement de certaines procédures légales.


Vous pouvez donc remettre officiellement des convocations, des assignations, des décisions de justice, des actes de saisie ou encore des avis d’expulsion (un peu moins sympa ceci dit…).


En résumé, le clerc d’huissier joue un rôle crucial dans le système judiciaire, car il garantit le respect des droits et des obligations des parties impliquées dans une affaire.


Devenir clerc de notaire


Enfin, toujours dans la lignée des clercs, vous pouvez prétendre au métier de clerc de notaire avec une capacité en droit en poche.


Il s’agit d’un poste clé au sein de l’étude notariale, puisque les clercs travaillent en étroite collaboration avec les notaires pour faciliter la réalisation de transactions juridiques et la rédaction de documents légaux.

 
 

Quel est le taux de réussite en capacité droit ?


Le taux de réussite en capacité de droit est extrêmement faible : 8 %. En 2018, seuls 318 candidats (sur plusieurs milliers) ont obtenu leur diplôme. 2 explications :


1) Il y a beaucoup d’abandons en cours d’année, et cela fausse les chiffres. Parmi les 92

% qui échouent, il y a en réalité énormément d’étudiants qui abandonnent, et qui, de

ce fait, ne passent pas l’examen ;


2) Pour le reste, une partie des étudiants en capacité ont souvent de nombreuses

responsabilités : emploi, enfants, etc. Sans organisation, il peut être difficile de

parvenir à suivre les cours de façon assidue dans un tel cadre de vie.


Néanmoins, ne vous découragez pas. En suivant nos conseils vitaminés, avec un peu de volonté, un zeste d’organisation, sans vouloir être trop pressé, vous saurez ne pas être dans le jus pour préparer et réussir cette formation juridique.


5 conseils incontournables pour réussir sa capacité en droit

🏃‍♀️ Conseil n°1 : Prendre le rythme des cours dès le départ


Prendre le rythme des cours dès le départ est une stratégie clé pour réussir votre capacité en droit. En effet, l’une des plus grandes difficultés de cette formation consiste à réussir à suivre le rythme, malgré toutes vos autres obligations et responsabilités.


Voyez la capacité comme une course à pied : si vous commencez à courir 2 jours après le départ, vous allez devoir faire un sprint pour réussir à rattraper votre retard. Vous allez donc transformer un marathon en une course effrénée, qui va vous épuiser (n’est-on pas poètes chez Pamplemousse Magazine ?).


Les autres coureurs, qui seront partis au bon moment, n’auront pas besoin de courir plus vite ou fournir plus d’efforts pour arriver au même point. Alors, pourquoi ajouter des difficultés s’il est possible de les éviter ?


Pensez à votre bien-être général, à votre réussite et à vos performances académiques. Vous pouvez y arriver, et dans de bonnes conditions.


Renseignez-vous sur la date de début de votre formation, sur le rythme des cours (le plus souvent, les soirs et le samedi matin), et prévoyez dès maintenant de libérer ces créneaux.

habitudes indispensables rentree etudiants droit

Pour les concrétiser, inscrivez-les dans votre emploi du temps. Le fait d’écrire une tâche dans un agenda crée un engagement psychologique envers vous-même. Vous vous responsabilisez et vous rendez responsable de votre réussite.


Même si cela vous semble difficile au début, si vous respectez cela pendant au moins 66 jours, vous réussirez certainement à créer une habitude. Pourquoi 66 jours ?! D’après une étude menée par le professeur Philippa Lally, c’est le temps moyen qu’il faudrait pour ancrer une habitude dans votre cerveau !


Ensuite, aussi naturellement que vous irez prendre une fourchette à droite dans votre tiroir, vous vous assiérez sans vous poser de question devant votre bureau pour suivre vos cours de droit.


En moyenne, l’idéal serait de travailler 2 heures par jour. Ne repoussez pas ces 2 heures au lendemain, car elles deviennent 4 heures, puis 6 heures… Si vous vous fixez un rythme, et si vous le gardez, vous allez y arriver.

 

💡 Bon à savoir : on sait que la capacité est difficile. Si vous avez une baisse de motivation, rejoignez-nous sur Discord et faites part de vos problématiques. D’autres étudiants seront peut-être dans votre cas, et vous trouverez probablement un soutien émotionnel.

 

🗓 Conseil n°2 : Organisez vos cours


En capacité de droit, la deuxième clé de la réussite est l’organisation des cours. Aussi indispensable que le fromage dans la raclette ou que la semoule dans le couscous, il n’y a pas de capacité sans organisation !


La majeure partie des étudiants en capacité doivent cumuler un emploi ou une vie de famille parallèlement à la formation. Pour réussir à gérer ces différents aspects de votre vie, sans en négliger un seul, vous devez donc faire appel aux formidables outils de l’organisation.


Et si vous n’êtes toujours pas convaincu… Que diriez-vous de rendre vos devoirs en temps et en heure, de travailler moins mais mieux en maximisant votre productivité, et de limiter le stress et l’anxiété ? Plutôt intéressant, non ?


C’est bon pour vous ? Commencez par lister vos obligations :


● ▶️ Vie professionnelle : combien d’heures faites-vous par semaine ? Votre emploi

implique-t-il un travail personnel ? Quels sont vos horaires (et par conséquent, les

moments pendant lesquels vous ne pouvez pas suivre vos cours) ? ;


● ▶️ Vie familiale : si vous avez des enfants, devez-vous aller les chercher à l’école ? Les

amener à de potentielles activités extrascolaires ? Avez-vous des moments de calme ?

Si une personne partage votre vie, peut-elle vous aider (faire les courses, préparer à

manger, etc.) ? ;


● ▶️ Vie personnelle : avez-vous des rendez-vous médicaux réguliers ? Des activités

sportives ? Des passions ?


Une fois que vous avez listé vos obligations, déterminez le temps que vous devez consacrer à chacune d’entre elles. Cela vous permettra de voir combien d’heures vous pouvez consacrer par semaine à la capacité en droit.


Ensuite, mettez toutes ces informations dans un emploi du temps. Vous verrez ainsi quels sont les moments de chaque journée pendant lesquels vous pourrez étudier.


Attendez ! Une question récurrente vient d’arriver : euh, quel support dois-je utiliser pour m’organiser ?


Vous pouvez utiliser des supports papiers (emploi du temps fait main, agenda, to-do list, monthly planner, etc.) ou des supports numériques (logiciel pour faire un emploi du temps, tableau Excel, etc.).

 

💡 Bon à savoir : avec nos superbes Flashcards, nous offrons toujours un beau semainier. Rien de mieux pour organiser vos semaines !

 

Enfin, une fois que votre vie est à peu près bien organisée, intégrez les heures de cours et de révisions dédiées à la capacité dans votre emploi du temps. Ces heures ne sont pas moins importantes que les autres. Elles ne doivent pas être mises de côté au moindre imprévu.


Oh, voici une autre question récurrente : et si j’ai un imprévu, que faire ? Dédramatisez, cela arrive et ce n’est pas grave. Essayez de voir comment vous pouvez rattraper ce temps ailleurs. Il faut garder une certaine flexibilité dans votre organisation.


🧠 Conseil n°3 : Travaillez de façon productive


La 3ᵉ clé indispensable pour réussir avec brio votre capacité en droit, c’est de travailler de façon productive ! L’année va passer assez rapidement, et vous n’avez pas le temps de perdre du temps. Comme dirait Augustin dans Comment Hacker sa L1 Droit ?, « soit vous gérez votre temps, soit vous lui courez après ! ».


De plus, en cas de reprise d’études (et même parfois pour certains étudiants déjà dans le système universitaire), il y a souvent une confusion entre travailler beaucoup et bien travailler. Un étudiant qui passe 2 heures devant son ordinateur n’est pas nécessairement plus productif que celui qui n’y restera qu’une heure.


Pourquoi une telle différence ?


Parce que quantité ne rime pas avec qualité. Travailler efficacement, ça s’apprend.

Il y a des méthodes d’organisation, de productivité mais aussi des lois du temps qui ont été théorisées par des scientifiques pour mieux travailler.


En voici 3, directement issues de Comment Hacker sa L1 Droit ? :


1) ⌚ La loi de Parkinson : fixez-vous des délais ! Selon cet historien britannique, plus on

dispose de temps pour effectuer une tâche, plus on prend de temps pour l’effectuer.

Si vous disposez de 3 heures pour réaliser un exercice juridique, vous allez

effectivement finir cet exercice en 3 heures, alors que sa réalisation aurait pu prendre

moins de temps.


Contrez l’effet négatif de la loi de Parkinson en vous fixant des délais/échéances

réalistes (ni trop longs, ni trop agressifs).


2) 🔄 La loi de Carlson : réalisez une tâche en continu. Selon cet économiste suédois,

un travail réalisé en continu prend moins de temps et d’énergie que lorsqu’il est réalisé

en plusieurs fois. Pour gagner en productivité, ne morcelez pas vos séquences de

travail. En effet, il faut environ 3 minutes au cerveau pour se reconnecter à la tâche.


Mettez à profit cette loi en regroupant les tâches de même nature et en les réalisant

en une seule fois. Mettez de côté les voleurs de temps (rangez votre portable, dites à

vos proches de ne pas vous déranger).


3) 👀 La loi de Hofstadter : ne sous-estimez pas votre temps de travail. Selon cet

universitaire américain, les choses prennent toujours plus de temps que prévu, c’est-à-

dire que nous sous-estimons le temps de travail nécessaire à l’accomplissement d’une

tâche, et ce, même en prévoyant plus de temps pour l’accomplir.


Ainsi, quand vous organisez votre planning, prévoyez toujours légèrement plus de

temps pour effectuer la tâche prévue et, en plus, prévoyez une marge pour les

imprévus.


Enfin, voici une dernière astuce pour travailler de façon productive : la technique Pomodoro. En plus de vous fixer des délais, de bien estimer votre temps de travail, et de vous concentrer sur un exercice (ou une matière à la fois), découpez votre temps de travail en périodes de 25 minutes.


Pendant 25 minutes, vous ne faites rien d’autre que votre exercice : pas de téléphone, pas de notifications sur l’ordinateur, pas de câlin à votre animal de compagnie ni de discussions avec vos proches.


Autrement dit, vous vous concentrez uniquement sur le travail à accomplir ! Après 25 minutes, vous prenez une pause de 5 minutes, même si le travail n’est pas fini. Et vous recommencez ces cycles de 25 minutes 4 fois, avant de prendre une plus grande pause.

 

🎤 Témoignage : « Au début, quand j’ai entendu parler de la technique Pomodoro, je n’étais pas très convaincue. Je travaillais déjà par sessions de 2 heures sans avoir le sentiment de me déconcentrer, et cela me semblait efficace. Puis un jour, après de multiples allers-retours sur les réseaux sociaux pendant ma session de travail, j’ai décidé d’essayer. Rien à voir en termes de productivité ! J’ai révisé plus de pages, et le temps me paraissait moins long. Pendant mes pauses, je lisais ou je faisais des étirements, et j’ai eu la sensation d’accomplir plus de choses. Mes séances de révisions sont devenues moins pesantes moralement », Lylia, Capacité 2 Droit.

 

📰 Conseil n°4 : Suivez l’actualité et informez-vous


Suivre l’actualité et vous informer est une habitude que vous devez impérativement prendre. Vous allez sûrement l’entendre, mais le droit est une matière vivante, qui évolue beaucoup.


Eh oui ! Les lois changent constamment pour s’adapter aux changements sociaux, économiques et politiques. Or, pour pouvoir commenter certains arrêts ou comprendre certaines décisions, il est nécessaire que vous sachiez quel était le droit antérieur, quelles sont les évolutions qui l’ont amené à changer, etc.


Aussi, suivre l’actualité vous permet de participer aux débats juridiques en ayant un regard éclairé sur la situation. Il vous sera difficile de donner votre avis sur une réforme si vous ne savez même pas qu’elle existe…