top of page

Réussir ses études de droit en reprise d’études


Vous êtes en reprise d'études et vous voulez réussir vos études de droit ? Modalités d'inscription, diplômes, organisation, débouchés, la Team Pamplemousse vous donne ses conseils les plus précieux !

 

Sommaire :


 
guides fiches revisions flashcards droit

Les études de droit ouvrent de nombreuses portes. C’est pourquoi de nombreux étudiants décident de les commencer ou, peut-être comme vous, de les reprendre. Que vous ayez 25, 30, 40 ou 50 ans, vous pouvez réussir vos études de droit, à condition d’avoir les bonnes clés.


Qu’il s’agisse d’une reconversion professionnelle ou d’une continuité, il y a certainement de nombreuses questions qui vous viennent : quelles modalités d’inscription ? Quelle université ? En présentiel ou à distance ? Comment apprendre ? Quelle est la difficulté de ces études ? Finalement, c’est quoi « les études de droit » ? Cet article vous donne de nombreux conseils pour réussir votre reprise d’études en droit.


Pourquoi reprendre des études de droit ?


🤔 Lorsque vous envisagez une réorientation, une reconversion ou une reprise d’études, il faut d’abord vous interroger, réaliser une introspection : pourquoi reprendre les études de droit ?


Il faut avoir un projet en tête ou a minima savoir ce que va vous apporter le cursus juridique et quels sont les éventuels débouchés.


Qu'apportent les études de droit ?


Les études de droit apportent bien plus que « apprendre le Code civil par cœur ». Mythe ou réalité ? On vous laisse en juger par vous-même après avoir lu ce paragraphe (mais on en parle aussi dans Comment Hacker sa L1 Droit ?”).


En droit, et c’est la grande difficulté à laquelle les étudiants font face, on apprend à raisonner (logiquement). Des réflexes doivent être assimilés pour mobiliser les connaissances juridiques inculquées.


Donc, on les mobilise, ce qui suppose de les comprendre, lorsqu’on les apprend. Le par cœur permet d’aller plus vite en ayant les données en tête, mais jamais de réfléchir. Si vous connaissez tous les ingrédients pour réaliser des macarons, mais que vous ne savez pas comment procéder pour les faire, vous n’aurez jamais de bons macarons…


Apprendre par cœur ne suffit pas. Cette méthode aide à développer certains réflexes, mais il faut comprendre la logique juridique derrière les grands principes, concepts et notions qui guident chaque matière. C’est ce que vous apportent les études de droit : un raisonnement juridique logique pour apporter des solutions à des situations.


À l’issue, vous n’aurez jamais de problèmes, juste des arguments.
 

📚 Parce qu’on veut vous donner tous les conseils qui vous permettront de réussir avec brio votre reprise d’études en droit, on en profite pour vous indiquer que vous pouvez (devez !) apprendre le plan du cours par cœur.


Contradictoire ? Pas du tout. Cette méthode vous permet de comprendre la logique d’un cours et de mieux mobiliser les connaissances de manière cohérente et structurée (d’acquérir les réflexes de raisonnement).

 

Quels sont les débouchés du droit ?


Avant de vous lancer dans une reprise d’études en droit, vous êtes-vous interrogé quant à ses débouchés ?


C’est important d’avoir à l’esprit les portes qu’il vous ouvre pour concrétiser votre projet, quel qu’il soit. Avoir un objectif est le meilleur moyen de réussir sa reprise d’études.


Les professions juridiques classiques


Le droit est un domaine qui ouvre naturellement la voie aux professions juridiques « classiques » (avocat, magistrat, notaire ou encore commissaire de justice).

 

💡 Le saviez-vous ? Pour devenir avocat, un niveau Master 1 en droit suffit afin de passer le concours d’entrée à l’école des avocats appelé CRFPA.


Pour devenir magistrat, un Master 2 est nécessaire pour passer le concours pour devenir auditeur de justice à l’ENM (École nationale de la magistrature, 📍 située à Bordeaux).

sondage auditeur justice droit

Mais, pour ces deux professions, avocat ou magistrat, il existe des passerelles qui vous dispensent des concours d’entrée (accès en interne, après huit années d’exercice de la profession de juriste en France, ou encore à l’issue d’un doctorat en droit).


Pour devenir notaire là encore, il existait différentes modalités. La plus classique étant de suivre un Master parcours notariat. À l’issue de ces cinq années, vous pouviez intégrer un INFN pour obtenir le DSN (diplôme supérieur du notariat). La formation dure 24 mois. C’est ce qui était appelé « voie universitaire ».


Il était possible de passer par la voie professionnelle (CFPN), nécessitant un Master 2 également, pour obtenir un diplôme de notaire. La formation se déroule sur 31 mois financée par l’étudiant lui-même (sauf si l’employeur prenait en charge).


Ces deux diplômes ont été fusionnés pour créer le DESN, cette réforme devrait s’appliquer dès la rentrée 2023 (art. 15 du décret n° 2022-1298 du 7 octobre 2022).


Le métier de commissaire de justice résulte de la fusion des professions de commissaires-priseurs et huissiers de justice. La formation se fait auprès de l’INCJ (Institut national de formation des commissaires de justice) après avoir passé un examen d’entrée. Il faut, une fois de plus, être titulaire d’un master en droit. Des dispenses existent également.

 

Les nouvelles professions juridiques


Avec les évolutions de la société, de nouvelles professions juridiques apparaissent !


Par exemple, le droit permet d’accéder au métier de juriste, extrêmement vaste tant les domaines du droit sont variés (juriste en entreprise, en marché public, en hôpital, en association d’aide aux victimes de violence, etc.).


Se développent également le métier de juriste en compliance (en entreprise) et plus largement les legaltech, entreprises innovantes qui mêlent droit et nouvelles technologies afin de le rendre accessible au plus grand nombre.

 

❤️ Recommandé pour vous : Quels sont les métiers d'avenir en droit ?

 

Les concours de la fonction publique


Le droit prépare aussi à de nombreux concours de la fonction publique en lien avec la justice comme le concours des greffes, de police ou de gendarmerie, d’éducateur à la protection judiciaire de la jeunesse ou encore de conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation.

 

💡 Le saviez-vous ? L’école des greffes se situe à Dijon. Vous l’intégrez si vous êtes admissibles aux écrits puis admis aux oraux. Pour les directeurs ou conseillers d’insertion et de probation, sur le même schéma, l’école à intégrer est l’ENAP située à Agen. Enfin, direction le nord à Roubaix pour la formation d’éducateur de la PJJ !

 

Le plus extraordinaire avec le cursus juridique est qu’il donne de bonnes bases pour préparer des concours de la fonction publique plus généraux de catégorie A (licence de droit nécessaire) ou de catégorie B (les deux premières années de droit suffisent pour accéder au concours). C’est vaste, n’est-ce pas ?


⚠️ Le droit est fabuleux, mais il est nécessaire de se former pour ces concours, car il y a des connaissances techniques ou spécifiques nécessaires que le domaine juridique ne vous enseigne pas.


Il permet également de se réorienter vers des voies différentes comme les écoles de commerce ou encore de journalisme (le concours est accessible avec une licence !).

 
 

Comment reprendre des études de droit ?



🔍 Les modalités de candidature et d’inscription en fac de droit pour reprendre des études dépendent de l’année que vous souhaitez intégrer. Les démarches ne sont pas les mêmes s’il s’agit d’une L1, d’une L2 ou encore d’un Master en droit.


Aussi, les documents/démarches à réaliser varient en fonction de votre situation.


Les conditions pour reprendre des études de droit


Est-il nécessaire d’avoir le bac pour reprendre des études ? Pas forcément ! Vous pouvez commencer des études sans baccalauréat. Néanmoins, il ne s’agit pas du cursus universitaire classique qui peut être intégré dès la L1.


Reprendre des études sans baccalauréat


Sans baccalauréat, il est possible d’intégrer un cursus appelé la capacité en droit à condition d’avoir au moins 17 ans.


Il s’agit d’un diplôme d’État préparé en 2 ans (ou parfois une année) avec lequel vous pouvez ensuite intégrer le cursus universitaire en L1 (voire L2 !).


Reprendre des études avec baccalauréat


En revanche, si vous souhaitez reprendre vos études en ayant un baccalauréat, beaucoup plus de situations sont envisageables ! Prenez un plaid, de quoi grignoter, et découvrez l’étendue des possibilités 😊.

OPTION 1 : reprendre vos études en formation initiale, aka la formation classique, celle que nous connaissons tous.

Pour reprendre en L1, il suffit d’avoir le baccalauréat.


Pour une L2, L3, ou un Master (voire un doctorat pour les plus téméraires*), un diplôme du niveau précédant celui souhaité est requis (donc, avoir une L1 pour reprendre en deuxième année de droit).

 

💡 *Le saviez-vous ? Le plus haut niveau d’études en France n’est pas le doctorat, mais l’HDR (habilitation à diriger des recherches). Il faut être titulaire d’un doctorat pour y prétendre.

 

Et si vous avez un diplôme d’un domaine différent, le droit vous est-il fermé pour autant ?


La solution la plus évidente sera de reprendre en L1 droit, car il est difficile de raccrocher le wagon d’une troisième année de droit avec un diplôme en littérature ; comme il serait étonnant d’être admis en Master de mathématiques avec seulement une licence en Droit ! Néanmoins, qui ne tente rien n’a rien, non ? Plusieurs options :


1️⃣ Essayez d’intégrer l’année d’étude qui suit celle dont vous avez le diplôme.


Néanmoins, en l’absence de formation juridique, vous aurez peu de chances d’être admis par la commission de l’Université qui étudie les dossiers. Mais, vous n’avez rien à perdre à essayer, à condition toutefois d’avoir un dossier cohérent (si vous avez de l’expérience sur le terrain par exemple…).


2️⃣ La Validation des Acquis Professionnels et Personnels (VAPP) : permet d’intégrer une formation sans avoir le niveau de diplôme requis.


a. Il faut avoir interrompu sa formation initiale pendant au moins 2 ans et avoir au moins 20 ans ;

b. Il est nécessaire de préparer un dossier pour valoriser ses expériences (en lien avec la formation souhaitée) et démontrer sa capacité d’apprentissage. Les modalités varient, il faut se renseigner auprès de l’établissement concerné.



3️⃣ La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) : sert à faire reconnaître vos compétences acquises par votre expérience comme ayant la même valeur que celle acquise par le biais d’une formation (d’un diplôme).


a. Il faut être dans la vie active et avoir au moins un an d’expérience, quel que soit l’âge, le diplôme, ou la formation ;

b. Un dossier devra être préparé selon les exigences requises (idéalement, avoir une expérience en rapport avec le domaine juridique) à présenter lors d’une soutenance. N’hésitez pas à vous renseigner auprès des universités.


Vous pouvez aussi faire le choix d’un DUT carrière juridique sur deux ans, qui vous permet ensuite d’intégrer une licence de droit en deuxième année (voire troisième si vous justifiez de bons résultats en DUT. Génial, non ?). Vous pouvez également intégrer une licence professionnelle à la fin du DUT.

OPTION 2 : Choisir la formation continue, quel que soit le diplôme préparé (DUT, licence ou Master en droit).

Cette voie est accessible aux salariés et non-salariés. Il faut avoir interrompu ses études depuis au moins deux années.


Les modalités de cours sont souvent plus souples (parfois cours du soir, dispense de TD, formation à temps partiel, à distance…).

 

💡 Le saviez-vous ? Il existe le DU (diplôme universitaire) qui est délivré par l’Université. C’est un diplôme d’établissement (ce n’est pas un diplôme d’État comme le sont les licences, les masters, les DUT ou encore la capacité en droit, délivrés au nom du ministère de l’Enseignement supérieur).


Ces formations peuvent être suivies en présentiel ou à distance, généralement sur une année (mais de temps en temps deux !). Elles couvrent différents domaines : droit du sport, droit de la mode, criminologie, droit comparé, etc. Ces diplômes nécessitent parfois (souvent !) d’avoir au préalable réalisé des études de droit.

 

Les modalités d’inscription pour reprendre des études de droit


Dans tous les cas, pour vous inscrire ou vous réinscrire à la fac, les modalités dépendent de votre situation. Une pluralité de voies vous est ouverte pour commencer ou reprendre des études de droit avec leurs exigences, coûts et modalités.


Démarches administratives


✨ Les fameuses démarches administratives ✨, celles qui soulèvent tant de questions chez les étudiants, à commencer par : où s’adresser pour reprendre des études de droit ? Au bureau de la scolarité ou l’administration de l’Université convoitée (ou de l’école privée, le cas échéant), vous trouverez des informations relatives aux démarches administratives.

Consultez les sites internet sur lesquels les informations de contact figurent : mail et numéro de la scolarité, nom du responsable pédagogique de l’année envisagée, adresse de l’Université, programme des cours, modalités d’inscription.

Si reprise en L1 Droit ou première année de DUT

Si reprise au-delà de la première année

La plateforme ParcourSup devra être utilisée pour créer une candidature au sein de l’établissement souhaité.

​La reprise se fera généralement sur dossier (avec la particularité de devoir passer par la plateforme Mon Master pour ces diplômes).

Une lettre de motivation pour reprendre des études en licence droit sera donc nécessaire. Les modalités pour les masters sont plus sélectives. Vous aurez également un courrier à rédiger, mais tout se déroule sur la plateforme Mon Master.


Coût des études de droit


Combien coûtent les études de droit ? Encore une fois, les situations et les années font varier le tarif.


En formation initiale, le coût va dépendre s’il s’agit de présentiel ou de distanciel. Dans ce dernier cas, les prix peuvent être plus élevés (mais parfois, les diplômes sont éligibles au compte CPF, pensez à vous renseigner !).


Globalement, les prix sont fixés chaque année par un arrêté. Pour 2023/2024 :

Licence

​Master

Doctorat/HDR

170 €/année

243 €/année

​380 €/année

⚠️ Pour les étudiants qui ne sont pas ressortissants de l’Union européenne, les frais d’inscription ne sont pas les mêmes : 2 270 € pour chaque année de licence et 3 770 € pour les autres années.

 

💡 Bon à savoir : aux frais d’inscription s’ajoute la contribution de vie étudiante et de campus (CVEC) dont le prix évolue chaque année (100 euros pour 2023/2024). Pour la capacité en droit, elle n’est payée que pour la deuxième année.

 

L’étudiant boursier ou encore réfugié est exonéré de frais d’inscription et de CVEC !


En formation continue, le prix dépend du système de l’établissement universitaire visé.


Existe-t-il des aides financières à la reprise d'études ?


La reprise d’études peut générer des coûts et des frais divers. Bénéficier d’une aide financière est un bon moyen de se lancer.

Si vous êtes un étudiant de moins de 28 ans et en formation initiale

Si vous êtes un professionnel en reprise d’études qui ne remplit pas ces critères

Si vous êtes un professionnel en reprise d’études qui ne remplit pas ces critères.

Vous pouvez peut-être bénéficier d’une aide pôle emploi ou encore d’un appui avec votre compte personnel de formation (CPF) si les formations sont prises en charge.

Il y a également des aides à la mobilité internationale pour les étudiants étrangers, toujours sous conditions, évidemment.


Pensez-y, il serait dommage de renoncer à votre projet de reprise d’études pour des questions de finances ! L’avenir vous appartient les pépins 🫶.

💡 Bon à savoir : les Éditions Pamplemousse ont mis en place un programme boursier pour soutenir les étudiants.


L'objectif : permettre aux étudiants boursiers de bénéficier d'une remise exceptionnelle sur les achats réalisés sur tous nos outils ! En faisant cela, nous espérons faciliter l'accès aux outils numériques (Fiches de révisions, Flashcards et e-books).

Comment organiser sa reprise d’études de droit ?


🤓 Maintenant que vous savez comment reprendre vos études de droit, venons-en à notre spécialité chez Pamplemousse : l’organisation ! Mais avant cela, vous devez comprendre ce que sont les études de droit, afin d’en saisir les attentes et organiser efficacement votre année.


C’est quoi les études de droit ?


Les études de droit correspondent à un cursus à dominante juridique qui apporte de nombreuses clés pour comprendre le fonctionnement de la société lato sensu (préparez-vous, le latin pendant votre parcours, vous en rencontrerez !).


Ayons un aperçu général de ces fabuleuses études au travers de leur rythme, somme toute, soutenu, de son programme dense et de leur apparente difficulté.


Qu’est-ce qui est étudié en droit ?


En droit, on étudie… (suspens), le droit, mais le droit sous toutes ses coutures ! Vous ne vous ennuierez jamais tellement il a de facettes. Il y en a pour tous les goûts (et malheureusement, il paraît qu’on ne « peut pas aimer tout le monde », ça s’applique aussi au droit, ses matières et son vocabulaire juridique).


Les matières juridiques


Vous découvrirez la summa divisio* (on vous avait prévenu) droit privé et droit public dès la première année de droit :

Droit privé

Droit public

Toutes les règles juridiques qui s’appliquent aux particuliers.

​Toutes les normes qui encadrent l’action des personnes publiques (🧐, l’État, les collectivités ou encore les administrations).

💡*La summa divisio signifie « plus haute division ».


Par exemple, en droit public en L1, vous croiserez le droit constitutionnel (❤️) et en L2, le droit administratif. Dès la L3, des options peuvent être proposées pour avoir un parcours plutôt publiciste. Tout dépend des universités, vous y verrez peut-être le droit administratif des biens ou encore les libertés publiques (ou libertés fondamentales, tout dépend de votre fac !).


En droit privé, vous verrez au long de votre cursus le droit des personnes (🫶), de la famille, des biens, des sociétés ou encore des obligations.



Au-delà de ces matières classiques découvertes en licence, vous aurez le plaisir de croiser des disciplines plus spécifiques comme le droit du sport, de la santé, de la pêche ou encore des vins et spiritueux ! Quand on vous dit que les profondeurs du droit sont abyssales !


Vous aurez aussi des enseignements complémentaires comme les langues, l’informatique, l’économie, la sociologie, la science politique ou encore la comptabilité.


Le vocabulaire juridique


Plus globalement en droit, vous apprenez un nouveau langage : le vocabulaire juridique.


Les termes juridiques imposent une minutie pour des copies rigoureuses. Les synonymes n’existent pas (ou peu).


Il faut veiller à bien comprendre le sens de chaque terme et expression juridiques pour éviter les contresens dans les copies. La nullité n’est pas la résolution d’un contrat, comme le Parlement ne représente pas le peuple. Il y a des nuances à saisir.

 
 

Quel est le rythme en droit ?


Quel est le rythme en droit et comment allez-vous le concilier avec votre situation, si vous travaillez ou avez une vie de famille bien remplie ?


Classiquement, qu’il s’agisse des établissements publics ou privés, il y a un quota d’heures de cours magistraux (en amphi) et de travaux dirigés (en classe avec des exercices à préparer).

  • Le volume horaire n’est pas nécessairement élevé (de 20 à 30 heures par semaine) ;

  • Mais, il faut y ajouter du temps de travail personnel plutôt conséquent pour acquérir des bases de raisonnement solide (de 10 à 20 heures selon les périodes, on vous explique).

Combien de temps de travail personnel en droit ?


Le temps de travail personnel en droit est une donnée très importante pour organiser votre reprise d’études.


En effet, si vous êtes salarié, travailleur indépendant, père ou mère au foyer, bénévole dans une association, artiste ou sportif, vous avez des obligations personnelles qui vont forcément affecter votre capacité à vous investir dans vos études.


Il n’y a pas de réponse exacte à la question, le temps de travail dépend de votre capacité à être véritablement productif. Il faut veiller à avoir une bonne organisation pour concilier vie personnelle/familiale/professionnelle et scolaire.


Dans tous les cas, un volume de 10 à 20 heures par semaine va s’imposer à vous selon les périodes.

Avez-vous des soirées/matinées/après-midi à consacrer à vos cours ?


L’idéal est de pouvoir travailler d’une traite pour être plus efficace. Aussi, la régularité est essentielle pour réussir vos études. Il est donc indispensable de pouvoir travailler vos cours chaque semaine pour intégrer les informations et pouvoir les restituer correctement.


Comment s’organiser pour concilier études et vie personnelle ?


Conciliez études de droit et vie, soyez de ceux qui l’ont fait alors qu'ils pensaient que c'était impossible 💪.


1/ Commencez par découper votre emploi du temps, aussi chargé qu’il soit, car il faut préparer les repas, ranger votre intérieur, aller au travail ou encore récupérer les enfants à l’école. Mais, chaque chose en son temps et à son temps.

Temps de présence en cours (CM et TD)

Emploi (le cas échéant)

Temps de travail personnel (préparation TD/relecture CM)

Vie perso /familiale

Temps de répit/repos

​Notez les jours qui sont occupés par ces créneaux.

Ils ne pourront pas être pris pour d’autres activités.


​Notez les jours qui sont occupés par ces créneaux.

Ils ne pourront pas être pris pour d’autres activités.


À répartir efficacement sur des créneaux libres.


La Team vous conseille fortement d’éviter de vous surcharger ! Nous sommes déjà passés par là, et on peut vous dire qu’un cerveau fatigué n’est pas efficace. Vous devrez faire deux fois plus d’efforts. Du temps mal investi, en somme.

​Notez les priorités et les temps qu’elles requièrent.

À intégrer impérativement si vous voulez réussir. Même s’il s’agit d’aller marcher ou courir 30 minutes par jour pour : 1/ Vous aérer l’esprit. 2/ Pratiquer une activité physique. 3/ Vous verrez, ça vous aide à travailler efficacement (les idées fusent généralement pendant ces temps privilégiés). 30 minutes, on les trouve dans une journée. Laissez la voiture de côté et profitez de l’air frais. Évidemment ces temps de repos incluent un sommeil réparateur. Si vous voulez être efficace, soyez reposé.

Évidemment, il sera nécessaire de sacrifier certains moments, mais pas tous !


L’équilibre est la clé de la réussite pour réussir ce projet de reprise d’études. Le temps, c’est l’avenir.

Il ne faudra pas déroger à ces créneaux de travail universitaire même si la motivation baisse. La fatigue, le stress, les résultats y contribuent. C’est normal. Tous les étudiants y passent. C’est la discipline que vous vous imposerez qui vous permettra de tenir dans la durée et de réussir ces études.

⚠️ Veillez à bien cloisonner vos différentes activités. Lorsque vous préparez le repas, vous ne pensez pas aux cours. Lorsque vous travaillez votre TD en droit administratif, vous ne répondez pas aux mails du travail.

  • ✅ Gérer études et vie de famille ?

On ne fait pas le choix de reprendre des études pour sacrifier le reste. Il faut trouver un équilibre, le vôtre, celui qui vous sied.


Profitez des moments précieux avec vos proches pour mettre votre cerveau en pause, loin des cours, vous détendre et reprendre avec efficacité lorsque vous devrez vous concentrer sur les cours. L’équilibre est ici, profiter des instants en famille ou des tâches quotidiennes (le repas et le ménage ne se feront pas seuls) pour couper des cours.


Oui, il y a mieux que préparer des lentilles pour se changer les idées, mais il faut faire des choix. Vous investissez en vous en reprenant des études, vous aurez tout le temps de profiter autrement par la suite.

  • ✅ Gérer études et travail à temps plein ?

Un numéro d’équilibriste difficile. Comme tous les humains, la fatigue va se faire sentir. Néanmoins, des dispenses de cours sont prévues pour les étudiants qui justifient d’un travail, renseignez-vous auprès de la scolarité de l’établissement pour connaître les modalités qui varient.

Cette dispense permet de conserver votre emploi, mais pour réussir ces études, il faudra vous imposer des temps de travail régulier auxquels vous ne dérogez pas, en dépit de la baisse de motivation qui se fera sentir. C’est un processus normal.


La discipline reprend le pas lorsque la motivation décroît.

2/ Il faut découper ses objectifs (donc, en avoir évidemment 🙂, encore mieux s’ils sont « SMART ») :

→ Au mois (long terme), avoir revu X cours ;

→ À la semaine (moyen terme), avoir préparé X TD et relu X CM ;

→ À la journée (court terme), aller en cours, relire ses notes, préparer le risotto, regarder la dernière saison de X.


💌 La semaine dure sept jours, vous trouverez de quoi préparer les séances de TD (2 ou 3 selon l’année d’étude) et revoir les notes de cours. Optimisez votre temps, profitez des 10 ou 15 minutes de pause/temps morts pour vous avancer sur les tâches du quotidien, passer des appels, etc.


Comment travailler de manière productive pour réussir votre reprise d’études en droit ?

Toute cette organisation militaire dédiée à la réussite de votre reprise ne sera utile que si vous travaillez avec productivité. Mais, on l’a déjà dit, parfois, il est plus difficile de s’y mettre, car la motivation n’est pas continue.

Avec des méthodes vous pourrez faire face au manque d’inspiration et réussirez à rester concentré (mode discipline activé).

Par exemple, connaissez-vous la méthode Pomodoro ? Elle est assez populaire, c’est un minuteur en forme de tomate. Il s’agit simplement d’avoir des plages de travail de 25 minutes suivies de 5 minutes de pause. Au bout de quatre sessions (soit 2 heures), vous pouvez prendre une coupure plus longue (récompense !).

productivite cours droit

Vous pouvez aussi opter pour la méthode GTD pour que les « choses soient faites ». La méthode GTD ou en anglais, Gettings Things Done, est une méthode d'organisation. Elle consiste à faire l'inventaire de toutes les tâches à effectuer et de les trier selon leur urgence.


C'est une méthode qui peut être essentielle pour la préparation des TD en ce que chaque semaine, votre chargé de TD vous demandera de préparer les séances avec ses consignes. Lire la plaquette ne suffit donc pas, il peut vous être demandé de faire des fiches sur les arrêts de la plaquette, faire des recherches complémentaires en vous appuyant sur la doctrine, etc.

Organisez donc vos TD en fonction de la date de rendu ainsi que de l’investissement personnel qu’ils requièrent.

Et surtout… Éloignez votre pire ennemi de la productivité : le téléphone portable (le mode concentration ou les applications de productivité seront vos meilleurs alliés).


Les études de droit sont-elles difficiles ?


Avec tous ces éléments, vous avez peut-être compris que les études de droit ne sont pas si difficiles que le monde veut bien le laisser penser.

Avec de bons conseils, une organisation millimétrée, une connaissance de soi (et de son temps de haute productivité), vous avez tout ce qu’il faut pour travailler. Mais, comment « bien » travailler ?


En comprenant que la méthodologie ne constitue pas des cases à remplir, mais une manière de réfléchir. Des réflexes à avoir pour bien exploiter les connaissances juridiques qui vous sont dispensées.

Ce même réflexe qui vous fait arrêter de fouetter la crème, car la chantilly est prête. Saviez-vous que si vous la fouettez trop longtemps, trop fort ou trop vite, elle peut finir en beurre ?


Donc, ce n’est pas parce que vous avez appris par cœur que vous réussirez votre chantilly, c’est parce que vous maîtrisez la méthode de réalisation.

Pour un exercice juridique, qu’il s’agisse d’un commentaire d’arrêt, de texte, d’une dissertation ou d’un cas pratique, c’est la maîtrise du cours pour apporter un raisonnement cohérent et structuré qui vous permettra de réussir vos études à tous les coups.


En résumé, si vous appliquez les 3 conseils suivants, vos études de droit ne vous sembleront pas si difficiles 😉 :


✅ 1/ Il faut avoir le cours en tête. Le comprendre avant de le retenir, le plan du cours est le meilleur moyen d’intégrer sa logique. C’est compréhension avant tout.


✅ 2/ Pour être plus efficace, trouvez les méthodes de révision les plus appropriées (à votre mémoire !). Si vous retenez les éléments importants du cours, vous irez plus vite pour raisonner et faire des liens entre eux. Le mot d’ordre est mémorisation.

 

💡 Le saviez-vous ? Chez Pamplemousse, tous nos outils sont optimisés pour la mémorisation. Grâce à l’aide de spécialistes de l’apprentissage, et notamment du champion de France de mémoire, Guillaume Petit-Jean, nous vous aidons à mieux retenir vos cours, et ce, avec le sourire ! Si vous n’avez pas encore essayé, vous devriez commencer par notre outil le plus apprécié : le FIGADA (Fiches Illustrées des Grands Arrêts du Droit Administratif).

 

✅ 3/ S’entraîner aux exercices juridiques. Vous aurez des TD à préparer chaque semaine. C’est l’occasion d’évoluer, de progresser, de mettre en application. Profitez-en. Aucun sportif ne se rend en compétition sans entraînement. Aucune personne ne progresse sans s’exercer. C’est la répétition qui aide à faire les bons gestes, à acquérir la rigueur idoine. L’entraînement est la clé !

 

💡 Bon à savoir : d’après de nombreux enseignants, les étudiants affirment souvent qu’ils « n’arrivent pas à trouver de titres ». Saviez-vous que si vous lisiez les documents dans les plaquettes de TD, vous auriez plus de facilité à en dégager (lorsqu’il ne s’agit pas que d’une suite d’arrêts, on vous l’accorde) ? Alors, pourquoi ne pas profiter de cette ressource ?

 

Quelles sont les qualités requises pour réussir sa reprise d’études en droit ?


Réussir est un état d’esprit. Différentes qualités vous aideront à y parvenir : autonomie, discipline, rigueur, organisation, certainement. Mais, voyons plus globalement !


✅ L’optimisme est la première des qualités à avoir (dans la vie) et en droit. Il vous aidera à ne pas prendre personnellement les notes, à voir les événements du bon côté.

  • Une note à laquelle vous ne vous attendiez pas ? C’est simplement une occasion de faire mieux la prochaine fois ;

  • Des partiels qui s’enchaînent ? C’est l’occasion d’apprendre à gérer la pression.

✅ L’autonomie est évidemment requise. Personne ne vous prendra par la main pour que les choses soient faites. C’est cette capacité à être autonome qui vous aidera à vous discipliner !


✅ La stratégie est aussi importante. Placez vos pions au bon endroit au bon moment. Tous les coups sont permis pour votre réussite (sauf ceux qui affectent celle des autres !). Il faut savoir anticiper les coups de l’adversaire (l’arrivée des partiels, etc.) pour travailler correctement.

  • Choisissez les options qui vous vont le mieux ;

  • Travaillez avec réflexion : mieux vaut relire son cours avant son TD ;

  • Organisez votre temps minutieusement : revoyez vos CM en prévision des contrôles continus, par exemple ! ;

  • Soyez curieux, cherchez des informations pour approfondir vos cours, posez des questions. Vous retiendrez ces éléments, un moyen de prendre de l’avance (voire de gagner des points de participation… Stratégie on a dit !).

Un fin stratège saura rebondir face au stress et aux rebondissements (même inattendus), il ne se laisse pas abattre.


✅ La régularité est également primordiale pour intégrer et ancrer les connaissances nécessaires à la réussite de votre reprise d’étude. Couplée à la discipline, rien ne vous arrêtera.


✅ Enfin, la méthodologie est l’ultime pierre à votre édifice de succès. Entraînez-vous pour devenir aussi rigoureux que les études de droit l’imposent.


Vous voilà prêt à gravir les marches de votre reprise d’études en droit 📍!


Ai-je plus de chances de réussir ma reprise d'études à distance ou en présentiel ?


Le choix d’une formation en présentiel ou à distance peut avoir des répercussions sur votre réussite. Les chances de succès dépendent avant tout de votre capacité à vous organiser et à vous discipliner.


Qu’elle soit à distance ou en présentiel, la formation vous imposera de travailler en autonomie. L’avantage d'un cursus en distanciel réside surtout dans la flexibilité de votre emploi du temps. Donc, si vous êtes salarié ou professionnel en reprise d’études, peut-être que cette formule sera plus adaptée, à condition de bien vous accrocher pour tenir le rythme.


3 conseils donnés par un étudiant de 18 ans à un étudiant de 40 ans


Que vous ayez 20, 30, 40 ou 50 ans, avec les bons conseils, la réussite n’attend que vous !


Et si vous avez quitté le cursus universitaire depuis quelques années, ne paniquez pas. Nous avons interrogé nos plus jeunes pépins afin qu’ils vous donnent les meilleurs conseils possible. Voici 3 des conseils les plus donnés :


  • ✅ Conseil 1 → ne pas hésiter à poser des questions. L’âge ne doit pas être une barrière et il n’y a pas de raison que vos questions soient plus bêtes que celles de vos plus jeunes camarades. Qui sait, cela vous permettra peut être de créer de nouvelles relations ! ;


  • ✅ Conseil 2travailler régulièrement. Oui, on vous l’a déjà dit, mais c’est d’autant plus important lorsque l’on n’a plus 20 ans. Eh oui, d’après plusieurs études scientifiques, la mémoire ne fonctionne pas de la même façon à 20 et 40 ans. En vieillissant, l’apprentissage peut être plus laborieux. Cela s’explique surtout par le fait que votre mémoire n’a plus l’habitude de fonctionner comme avant, il faut la remettre en marche ! ;


  • ✅ Conseil 3essayer de socialiser. Les études de droit vont vous demander beaucoup d’énergie et de motivation. Or, si vous êtes seul(e), cela peut affecter votre moral et à long terme, ce n’est pas bon pour votre réussite. Posez des questions, soyez ouvert(e) aux autres et ne négligez pas votre vie sociale.

L’âge n’est pas un indicateur fiable, personne n’est trop vieux pour reprendre des études de droit. Sofia, qui travaille souvent avec des adultes bien installés dans la vie et qui décident de reprendre des études de droit nous donne son point de vue.

 

🎤 Témoignage : « L’avantage des étudiants plus âgés est qu’ils ont une maturité que les primo-entrants n’ont pas. Ils acquièrent plus aisément les rouages de la méthodologie juridique et ont un raisonnement beaucoup plus logique et cohérent ».


Cette chargée d’enseignement révèle également qu’« ils ne cherchent pas à tout prix à avoir des notes, mais favorisent la compréhension des informations. De cette manière, ils réussissent généralement mieux que les jeunes générations ».

 

Comme l’amour, les études de droit n’ont pas d’âge.


Vous l’avez compris les pépins, si vous voulez reprendre des études de droit, faites-le. Croyez en vous et donnez-vous les moyens de réussir.


Rédigé par une attachée temporaire d'enseignement et de recherche en Droit constitutionnel

 
guides fiches revisions flashcards droit

❤️ Parce que votre réussite nous tient à cœur, augmentez vos chances de valider votre année en découvrant toutes les ressources de la BOÎTE À OUTILS (Flashcards Pamplemousse, Fiches de révisions, Livres de réussite).

❤️ Recevez aussi des good vibes, des conseils confidentiels et réductions exclusives en recevant la NEWSLETTER DU BONHEUR.

 

Comments


bottom of page